Reconnaître le trouble obsessionnel compulsif

(TOC)

Le trouble obsessionnel compulsif, ou TOC, est un problème de santé mentale qui affecte le quotidien de milliers de Canadiens. Sauriez-vous le reconnaître?

 

Qu’est-ce que le trouble obsessionnel compulsif (TOC)?

Le TOC est un trouble de santé mentale caractérisé par des obsessions ou des compulsions, ou les deux. On commence souvent à observer ses manifestations au début de l’âge adulte, mais il n’est pas rare qu’elles débutent durant l’enfance ou l’adolescence.

Que sont les obsessions et les compulsions?

Les obsessions sont des pulsions, des images ou des pensées intrusives et malvenues. Elles surgissent à répétition et provoquent une anxiété et une détresse psychologique importantes. Les efforts faits pour les maîtriser, les ignorer ou les contenir restent vains en cas de TOC.

Les compulsions sont des actes mentaux, des gestes ou des comportements répétitifs visant à neutraliser les obsessions ou à y réagir. Elles sont irrépressibles : ne pas y céder provoque un grand malaise. Paradoxalement, cette tentative de prise de contrôle exacerbe dans certaines circonstances le sentiment subjectif de perte de contrôle typiquement éprouvé en cas de TOC.

Qu’est-ce qui caractérise le comportement d’une personne atteinte de TOC?

Une personne atteinte de TOC s’impose parfois des règles de conduite très strictes et les suit de façon rigoureuse. Elle peut adopter un comportement rigide, forme de rituel répondant à ses peurs ou à ses croyances, dans le but d’atténuer ou de neutraliser son anxiété ou d’éviter les situations où celle-ci peut survenir.

Vus de l’extérieur, les comportements qui en résultent semblent irréalistes, déraisonnables et excessifs. Ils font perdre beaucoup de temps et nuisent aux relations sociales et professionnelles.

Concrètement, comment se manifeste le TOC?

La nature et l’intensité des obsessions et des compulsions varient grandement d’un individu à l’autre. Par exemple, une personne obsédée par l’hygiène pourra prendre des douches interminables ou à répétition; une personne obsédée par la sécurité vérifiera des dizaines de fois qu’une porte est bien fermée ou verrouillée.

Voici des exemples d’actes mentaux, de gestes ou de comportements pouvant faire l’objet de compulsions :

  • Se brosser les dents
  • Compter
  • Prier
  • Répéter des mots à voix haute ou silencieusement
  • Faire le ménage ou du rangement
  • Placer des objets

Parfois, il ne semble pas y avoir de lien entre la croyance ou la menace perçue et la compulsion. Ainsi, une personne pourrait placer des objets dans la maison selon un certain ordre dans l’espoir d’assurer la sécurité d’un proche.

Comment être sûr qu’il s’agit bien du TOC?

Pour confirmer la présence du TOC, il faut qu’un diagnostic soit posé par un professionnel de la santé (psychiatre ou psychologue par exemple). Le TOC accompagne parfois d’autres problèmes de santé mentale, notamment la dépression, le trouble bipolaire ou un trouble anxieux, ce qui peut le rendre difficile à diagnostiquer.

Pour les sujets souffrant de TOC, il n’est pas toujours aisé de reconnaître ou d’admettre qu’il s’agit bel et bien d’une maladie. Alors que certains arrivent à prendre conscience du fait que les croyances dues à leur état ont peu à voir avec la réalité, d’autres sont convaincus du contraire. Cette inconscience peut représenter un facteur limitant la reconnaissance du trouble et sa prise en charge.

Comment traiter le TOC?

Il est possible de maîtriser le TOC si on bénéficie de l’aide nécessaire. Une fois le problème reconnu et admis, on peut entreprendre une démarche de guérison, parfois longue. Plus le problème est détecté tôt, plus les chances d’aller mieux sont bonnes.

Une vie épanouie et satisfaisante est envisageable malgré la présence du TOC. Le soutien des proches et de professionnels compétents représente un atout précieux.

Les mesures susceptibles d’aider la personne atteinte de TOC sont les suivantes :

  • La médication. Les médicaments les plus souvent employés pour traiter le TOC appartiennent à la classe des antidépresseurs et des anxiolytiques. Ils permettent de réduire l’anxiété. Parfois, on ajoute un médicament pour potentialiser les effets d’un autre.
  • La psychothérapie. La thérapie cognitivo-comportementale est souvent préconisée. Elle consiste notamment à corriger les pensées et les comportements problématiques. Certains intervenants, des psychologues entre autres, se spécialisent dans le traitement du TOC. Pour des résultats optimaux, un traitement associant psychothérapie et médication constitue une stratégie gagnante.
  • Les interventions d’un autre type. Il arrive que la médication et la psychothérapie ne suffisent pas. Le cas échéant, d’autres options de traitement doivent être envisagées.

Pour plus d’information sur le TOC et son traitement, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien ou un autre professionnel de la santé.

×

Envoyer à un ami

Reconnaître le trouble obsessionnel compulsif

Le trouble obsessionnel compulsif, ou TOC, est un problème de santé mentale qui affecte le quotidien de milliers de Canadiens. Sauriez-vous le reconnaître?
De :
À :

Chargement en cours...