Photographier l’architecture locale sous tous ses angles

La photo d’architecture est très prisée par les passionnés, et constitue une excellente manière de découvrir (ou de redécouvrir!) notre patrimoine bâti. Mais il faut compter sur du matériel adapté et posséder quelques rudiments pour obtenir de bons résultats.

Le matériel

Téléphone cellulaire, appareil compact ou boîtier reflex, aucun matériel n’est à proscrire pour faire de la photographie d’architecture. Seulement, pour les œuvres les plus imposantes, si vous n’êtes pas équipé d’un objectif grand angle, il vous faudra vous éloigner beaucoup de votre sujet afin de le capturer dans son ensemble. En plein centre-ville, entre les immeubles hauts et les rues étroites, c’est contraignant de ne pas avoir le matériel approprié.

Comme le cadrage joue un rôle crucial dans la qualité, l’originalité et l’effet des photos d’architecture, on doit également prendre tous les moyens pour qu’il soit impeccable! Il n’est parfois pas facile de trouver la bonne position pour matérialiser ce qu’on a en tête. Il est alors bon de pouvoir compter sur un trépied pour un peu d’aide : cela nous permettra de travailler le cadrage avec précision et de respecter les lignes du bâtiment.

Le matériel

La photo d’architecture, ça n’est pas qu’extérieur! Si on veut obtenir des clichés intéressants dans un bâtiment - colonnes d’un hall, grand orgue d’une cathédrale, etc. –, il peut être pratique d’avoir un flash à notre disposition. Bien sûr, on a la possibilité d’augmenter le temps d’exposition (surtout avec un trépied), mais dans les lieux très sombres, il arrive qu’on doive employer les grands moyens.   

La prise de vue

Les œuvres en hauteur sont le plus souvent photographiées au grand angle et en contre-plongée. Attention, cependant : si on souhaite obtenir une représentation fidèle, on évite ces deux faux pas :

  • si l’angle est trop important, on aura des problèmes de distorsion, soit une incurvation plus ou moins marquée des lignes. C’est ce qu’on obtient, notamment, avec une lentille à ultra grand angle ou fisheye (œil de poisson). L’effet peut être esthétique, mais il ne représente pas la réalité.
  • en contre-plongée, si on est trop près du bâtiment, on créera aussi d’importantes déformations. Les lignes verticales vont converger vers le haut, donnant ainsi l’impression que la base de l’immeuble est plus large que son sommet.
La prise de vue

Le mieux est de reculer le plus possible… ou de retoucher nos clichés. En effet, la plupart des logiciels de post-traitement (Photoshop, Lightroom, etc.) permettent de rééquilibrer facilement les perspectives et de corriger les problèmes de distorsion.

Par ailleurs, une belle œuvre architecturale se contemple sous tous ses angles. Rien ne nous empêche (au contraire!) de tourner autour du bâtiment pour tirer profit de la lumière et du moment de la journée. Et on n’oublie pas de faire quelques gros plans sur les détails; c’est parfois là qu’une œuvre se révèle le mieux.

Des idées bien de chez nous

De l’architecture d’esprit français des années 1600 à l’architecture moderne (à partir des années 1950), en passant par le néoclassicisme, l’éclectisme victorien, le cottage vernaculaire et la maison cubique, de nombreux courants et styles architecturaux ont jalonné l’histoire du Québec. Apprenez à les voir à travers votre lentille!

L’architecture Québécoise

Le Château Frontenac à Québec

Surplombant le fleuve Saint-Laurent dans le Vieux-Québec, cet ensemble historique et majestueux est un incontournable. Il serait même l'hôtel le plus photographié au monde.

La basilique Notre-Dame à Montréal

L’une des plus belles réalisations de style néo-gothique en Amérique du Nord, c’est aussi l’un des plus précieux monuments du patrimoine religieux québécois. N’oubliez pas d’en photographier l’intérieur!

Habitat 67 à Montréal

Conçu par l’architecte Moshe Safdie à l’occasion d’Expo 67, cet ensemble de logements, composé de 354 modules de béton, est très intéressant à photographier, aussi bien dans son ensemble que dans ses détails.

Le Musée canadien de l'histoire à Gatineau

Anciennement appelé Musée canadien des civilisations, ce musée aux formes audacieuses est le plus visité au Canada. Il a été dessiné par l’architecte autochtone Douglas Cardinal.

Le stade olympique à Montréal

Une œuvre d’art à l’architecture unique, mais controversée. Construit pour les Jeux olympiques d’été de 1976, l’ensemble comprend la plus haute tour inclinée du monde, laquelle offre un panorama exceptionnel sur la ville.

La Biosphère à Montréal

Impossible de passer à côté du musée de l'environnement, situé dans l’ancien pavillon des États-Unis d’Expo 67, sur l'île Sainte-Hélène. La conception du dôme géodésique, le plus imposant du genre au monde, est attribuable à l'architecte Richard Buckminster Fuller.

Le Château Montebello à Montebello

Conçu dans les années 1930, cet hôtel en rondins de cèdre rouge a été érigé autour d’un grand foyer central à six façades. Il s’agit encore aujourd’hui de la plus grande construction en bois rond du monde. Cet ancien club privé très sélect est devenu un complexe hôtelier proposant de multiples attractions.

×

Envoyer à un ami

Photographier l’architecture locale sous tous ses angles

La photo d’architecture est très prisée par les passionnés, et constitue une excellente manière de découvrir (ou de redécouvrir!) notre patrimoine bâti. Mais il faut compter sur du matériel adapté et posséder quelques rudiments pour obtenir de bons résultats.
De :
À :

Chargement en cours...