Mythes et réalités en matière d’allaitement

Beaucoup d’information circule à propos de l’allaitement. Sites Internet, réseaux sociaux, mais également famille et amis… Tous proposent trucs et conseils pour vous aider quand il s’agit d’allaitement. Comment distinguer le vrai du faux afin d’offrir ce qu’il y a de mieux à votre enfant?

Voici quelques exemples de mythes courants à propos de l’allaitement, suivis d’explications visant à éclairer la question.

1

L’allaitement implique plusieurs restrictions alimentaires.

Faux. Il est important pour une femme qui allaite de manger sainement et de façon équilibrée. Par contre, il est faux de penser qu’elle doit réduire ou augmenter la consommation de certains aliments. Il peut arriver que des nourrissons soient dérangés par un aliment que leur mère mange, mais cela demeure inhabituel. De plus, il ne faut pas croire que l’allaitement oblige les mères à boire plus d’eau et plus de lait. Une mère qui allaite n’a pas besoin de boire plus de lait pour produire du lait. En ce qui concerne l’eau, il est vrai que le fait d’en boire contribue à une bonne santé. Il n’y a toutefois pas un nombre précis de verres d’eau à boire si vous allaitez; écoutez tout simplement votre soif.

2

Une femme qui a subi une intervention chirurgicale pour augmenter ou diminuer la grosseur de ses seins ne peut allaiter.

Faux. La plupart des femmes qui ont subi ce type d’opération y arrivent très bien. Rien ne démontre à ce jour qu’il est dangereux d’allaiter pour les femmes qui ont subi une augmentation mammaire. L’allaitement est donc possible dans leur cas. En ce qui concerne la réduction mammaire, elle peut par contre entraîner une diminution de la production du lait maternel. La plupart du temps, l’allaitement se fait sans problème. Il faut cependant suivre le démarrage de l’allaitement de près. De plus, il est faux de penser que la grosseur des seins influe sur la production de lait. Les femmes qui ont de plus petits seins pourront produire autant de lait que celles qui ont de plus gros seins. Dans le même ordre d’idées, la forme des mamelons n’a aucune incidence sur la réussite de l’allaitement. Bien qu'il soit peut-être plus facile pour un bébé de prendre le sein quand le mamelon est proéminent, il n'est pas indispensable que celui-ci ressorte.

3

La plupart des femmes ne produisent pas suffisamment de lait.

Faux. En effet, c’est plutôt l’inverse. La majorité des femmes produisent suffisamment de lait pour nourrir plus d’un bébé. La production lactée répond à la loi de l’offre et de la demande : plus le bébé en demandera, plus la mère en produira. Il faut cependant s’assurer d’une prise adéquate du sein par le nourrisson. Il peut par contre arriver que, dans certaines circonstances, la production de lait soit insuffisante; elle peut être basse dès le début de l’allaitement ou diminuer soudainement pour de multiples raisons (p. ex. : prise de médicaments qui diminuent la lactation ou problèmes de santé). Si cela vous arrive, parlez-en à un professionnel spécialisé en allaitement.

4

Les bébés doivent savoir boire au biberon. Il faut toujours introduire un biberon avant que le bébé refuse d'en prendre un.

Faux. Bien que plusieurs parents décident d’introduire le biberon pour différentes raisons, il n’est pas obligatoire que les nourrissons apprennent à l’utiliser. Il importe davantage de se concentrer sur le démarrage de l’allaitement. Par la suite, il sera possible d’introduire le biberon occasionnellement si vous le souhaitez. Donner le biberon lorsque l’allaitement ne se passe pas bien ne s’avère pas toujours une bonne idée. Cela peut même compliquer l’allaitement. Il est préférable de consulter un professionnel spécialisé en allaitement pour se faire aider et prendre une décision éclairée à ce sujet.

5

Les bébés prématurés ne peuvent pas être allaités.

Faux. Vous pouvez allaiter votre bébé même s’il est prématuré. À la naissance, selon le nombre de semaines passées dans l’utérus, le bébé prématuré peut être capable de se nourrir un peu au sein, ou pas du tout. Différents facteurs influent sur le moment où un bébé prématuré est prêt à téter. En attendant, vous pouvez démarrer et maintenir la production de votre lait maternel à l’aide d’un tire-lait. Les bébés prématurés prennent plus de temps à apprendre à boire au sein, mais avec de la patience, on peut arriver à les allaiter. L’aide d’un professionnel formé en allaitement vous sera d’une grande utilité.

6

Une femme enceinte ne peut pas continuer à allaiter.

Faux. Il arrive que les femmes qui allaitent deviennent enceintes pendant l’allaitement. Si la mère le souhaite, elle peut poursuivre l’allaitement. Il n’y a pas de danger pour le fœtus ni pour l’enfant allaité. Les changements hormonaux pendant la grossesse peuvent par contre influer sur la quantité de lait produit et sa composition. Si la production de lait est insuffisante, il est possible de la compléter à l’aide de préparations lactées commerciales. Certains bébés n’aimeront pas la nouvelle composition du lait et perdront l’intérêt pour le sein.

7

Les bébés allaités ont besoin d’autres laits à partir de six mois.

Faux. Le lait maternel donne au nourrisson tout ce que les autres laits lui apporteraient. Il n’y a donc aucune raison de changer. De plus, il arrive souvent que les bébés qui n’ont jamais pris de préparations lactées commerciales avant l’âge de six mois les refusent en raison du goût qui est différent. L’introduction des aliments solides se fait un peu avant l’âge de six mois. Ces aliments constituent une source additionnelle de fer salutaire puisque le lait maternel ne contient pas suffisamment de ce sel minéral pour répondre aux besoins d’un nourrisson à cet âge. L’allaitement peut donc être poursuivi conjointement avec l’introduction des aliments solides.

8

Si je suis malade, je dois absolument arrêter d’allaiter.

Faux. Dans la majorité des cas d’infections courantes, il n’y a aucune raison d’arrêter l’allaitement. Si jamais vous devez prendre des médicaments, il est important de mentionner à votre médecin et à votre pharmacien que vous allaitez. Beaucoup de médicaments peuvent être pris même si vous allaitez; il est néanmoins important de s’informer à cet égard. Il en va de même pour les médicaments que vous pouvez vous procurer sans ordonnance en pharmacie et les produits de santé naturels. Demandez l’aide de votre pharmacien avant d’en faire usage. Qu’en est-il si vous devez subir une opération? La plupart du temps, l’allaitement peut être repris après une intervention chirurgicale dès que la mère se sent prête à le faire. Il est important d’en parler avec l’équipe médicale, mais cela demeure tout à fait possible.

9

L’allaitement est le grand coupable de mes maux.

Cela est bien souvent faux. Fatigue, nervosité, anémie, migraines, colique, etc.; souvent, nous attribuons nos maux à l’allaitement. La solution préconisée consiste alors à cesser d’allaiter et à passer aux préparations lactées. Méfiez-vous cependant des fausses croyances. La méconnaissance est souvent en cause. Être soutenue et accompagnée durant l’allaitement maternel aide à traverser les moments difficiles. N’oubliez surtout pas que chaque histoire d’allaitement est différente. Quelle sera la vôtre?

Pour toute question relative à votre santé ou à celle de votre enfant, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien.

×

Envoyer à un ami

Mythes et réalités en matière d’allaitement

Beaucoup d’information circule à propos de l’allaitement. Sites Internet, réseaux sociaux, mais également famille et amis… Tous proposent trucs et conseils pour vous aider quand il s’agit d’allaitement. Comment distinguer le vrai du faux afin d’offrir ce qu’il y a de mieux à votre enfant?
De :
À :

Chargement en cours...