Mythes et réalités en matière d’allaitement

Beaucoup d’information circule à propos de l’allaitement. Comment distinguer le vrai du faux afin d’offrir ce qu’il y a de mieux à votre enfant?

Voici quelques exemples de mythes courants à propos de l’allaitement, suivis d’explications visant à éclaircir la question.

1

L’allaitement implique plusieurs restrictions alimentaires.

Faux. Il est important pour une femme qui allaite de manger sainement et de façon équilibrée. À cet égard, le Guide alimentaire canadien est un outil utile pour comprendre les rudiments d’une alimentation saine. Cela dit, on a longtemps pensé que des nourrissons peuvent être dérangés par un aliment que leur mère mange. Mais en réalité, cela est plutôt rarissime et disparaît en quelques jours. Vous trouverez davantage d’information sur la gestion des intolérances potentielles dans le guide Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans de l’INSPQ.

2

Une femme qui a subi une augmentation ou une réduction mammaire ne peut allaiter.

Faux. Rien ne démontre à ce jour qu’il est dangereux d’allaiter pour les femmes qui ont subi une augmentation mammaire. L’allaitement est donc possible. En ce qui concerne la réduction mammaire, bien qu’elle puisse entraîner une diminution de la production du lait maternel, la plupart du temps, l’allaitement se fait sans problème. Il suffit de suivre le démarrage de l’allaitement de près. De plus, il est faux de penser que la grosseur des seins influe sur la production de lait. Les femmes qui ont de plus petits seins pourront produire autant de lait que celles qui en ont de plus gros. Finalement, la forme des mamelons, qu’ils soient proéminents ou non, n’a aucune incidence sur la réussite de l’allaitement.

3

La plupart des femmes ne produisent pas suffisamment de lait.

Faux. La majorité des femmes produisent suffisamment de lait. La production lactée répond aux besoins du bébé et plus il en demandera, plus la mère en produira. Il peut néanmoins arriver que la production de lait soit insuffisante en début d’allaitement, ou qu’elle diminue soudainement. Si cela vous arrive, parlez-en à un professionnel spécialisé en allaitement.

4

Les bébés doivent savoir boire au biberon. Il faut toujours introduire un biberon avant que le bébé refuse d’en prendre un.

Faux. Il n’est pas obligatoire que les nourrissons apprennent à utiliser le biberon. Il importe davantage de se concentrer sur le démarrage de l’allaitement. Par la suite, il sera possible d’introduire le biberon occasionnellement si vous le souhaitez. Donner le biberon lorsque l’allaitement ne se passe pas bien peut même compliquer l’allaitement.

5

Les bébés prématurés ne peuvent pas être allaités.

Faux. Vous pouvez allaiter votre bébé même s’il est prématuré. À la naissance, selon le nombre de semaines passées dans l’utérus, le bébé prématuré peut être capable de se nourrir un peu au sein, ou pas du tout. Différents facteurs influent sur le moment où un bébé prématuré est prêt à téter. En attendant, vous pouvez démarrer et maintenir la production de votre lait maternel à l’aide d’un tire-lait.

6

Une femme enceinte ne peut pas continuer à allaiter.

Faux. Il arrive que les femmes qui allaitent deviennent enceintes pendant l’allaitement. Si la mère le souhaite, elle peut poursuivre l’allaitement. Il n’y a pas de danger pour le fœtus ni pour l’enfant allaité. Les changements hormonaux pendant la grossesse peuvent par contre influer sur la quantité de lait produit et sa composition. Si la production de lait est insuffisante, il est possible de la compléter à l’aide de préparations lactées commerciales.

7

Les bébés allaités ont besoin d’autres laits à partir de six mois.

Faux. Le lait maternel donne au nourrisson tout ce que les autres laits lui apporteraient, sauf la vitamine D. C’est pourquoi il est important de donner le supplément prescrit tout au long de l’allaitement. Il n’y a donc aucune raison de changer si l’allaitement se passe bien. L’introduction des aliments solides se fait vers l’âge de six mois. L’allaitement peut être poursuivi conjointement avec l’introduction des aliments solides.

8

Si je suis malade, je dois absolument arrêter d’allaiter.

Faux. Dans la majorité des cas d’infections courantes, il n’y a aucune raison d’arrêter l’allaitement. Si jamais vous devez prendre des médicaments, il est important de mentionner à votre médecin et à votre pharmacien que vous allaitez. Beaucoup de médicaments peuvent être pris même si vous allaitez; il est néanmoins important de s’informer préalablement. Il en va de même pour les médicaments que vous pouvez vous procurer sans ordonnance en pharmacie et les produits de santé naturels. Demandez l’aide de votre pharmacien avant d’en faire usage.

N’oubliez surtout pas que chaque histoire d’allaitement est différente et il ne faut pas hésiter à demander de l’aide à un professionnel de la santé.  Le pharmacien pourra sans doute vous aider ou vous guider vers les bonnes ressources.

×

Envoyer à un ami

Mythes et réalités en matière d’allaitement

Beaucoup d’information circule à propos de l’allaitement. Sites Internet, réseaux sociaux, mais également famille et amis… Tous proposent trucs et conseils pour vous aider quand il s’agit d’allaitement. Comment distinguer le vrai du faux afin d’offrir ce qu’il y a de mieux à votre enfant?
De :
À :

Chargement en cours...