Alcool : tracez votre ligne de conduite

Le fait de boire de l’alcool est souvent associé au plaisir et à la convivialité, mais une consommation sensée est essentielle au maintien d’une bonne santé.

L’alcool : un plaisir coupable… de bien des maux!

En matière de consommation d’alcool, il est toujours bon de pouvoir compter sur la raison pour prendre de bonnes décisions. On constate toutefois que, dans une société de surconsommation comme la nôtre, le fait de boire de l’alcool est quelque peu banalisé. Or, l’alcool n’en demeure pas moins une menace possible pour le bien-être et la santé.

Les effets délétères de l’alcool peuvent se manifester à court terme (lors d’une ingestion excessive aiguë) ou à long terme (en cas de consommation chronique). Pour demeurer en bonne santé, il importe de se questionner sur ses habitudes de consommation d’alcool et de faire les bons choix.

Les effets immédiats d’une surdose d’alcool

Qui n’a pas déjà vécu les agréments et les désagréments de l’ivresse? Au début, les effets de l’alcool peuvent provoquer des sensations agréables, comme la relaxation et l’euphorie. Toutefois, à mesure que la dose ingérée augmente, il s’ensuit une perte de contrôle qui se manifeste par différents comportements jugés incommodants, voire risqués.

La personne en proie à une surdose d’alcool peut en effet adopter des comportements dangereux (conduite automobile avec facultés affaiblies, rapports sexuels non protégés, actes de violence, etc.) et ainsi s’exposer à des ennuis dont les conséquences peuvent être irréversibles.

En plus de déposséder l’individu de ses moyens, une surdose d’alcool peut entraîner des symptômes d’intoxication immédiats, tels que :

  • nausées et vomissements;
  • maux de tête;
  • somnolence et étourdissements;
  • perte de mémoire;
  • déséquilibre;
  • confusion.

En cas de surdose importante, des symptômes graves peuvent survenir, notamment la perte de conscience, la dépression respiratoire et le coma. Dans les pires cas, l’intoxication peut mener au décès.

Les effets d’une consommation excessive d’alcool sur la santé physique

Une consommation importante et chronique d’alcool peut avoir des effets graves et irréversibles sur plusieurs systèmes de l’organisme. Ces effets peuvent se traduire par l’apparition de symptômes physiques et favoriser l’apparition de certaines maladies, comme :

  • la cirrhose du foie;
  • la pancréatite;
  • des troubles digestifs;
  • des affections du système nerveux;
  • l’hypertension artérielle;
  • des carences vitaminiques;
  • le cancer (certains types).

Les effets d’une consommation excessive d’alcool sur la santé mentale

L’alcool peut avoir momentanément un effet positif sur l’humeur ou le sentiment de bien-être, mais il en est tout autrement lorsqu’on en abuse. Contrairement à une croyance répandue, l’alcool n’exerce pas un effet stimulant sur le système nerveux, mais plutôt un effet dépresseur. À plus ou moins long terme, l’alcool risque d’avoir des effets néfastes sur la santé mentale. Il peut :

  • affecter la qualité du sommeil;
  • diminuer la vitalité;
  • entraîner des fluctuations d’humeur;
  • réduire les capacités mentales;
  • modifier le comportement.

L’alcool peut exacerber les manifestations de certaines maladies mentales, dont la dépression, les troubles anxieux, la schizophrénie et la maladie bipolaire. En outre, il existe une forte corrélation entre la maladie mentale et la consommation problématique d’alcool.

L’alcool et les médicaments

La croyance que l’alcool et les médicaments ne font pas bon ménage est bien répandue. Il est vrai qu’il faut faire preuve prudence lorsqu’on les combine. L’alcool peut augmenter les effets indésirables de certains médicaments. Les effets secondaires bien connus de l’alcool, comme la somnolence, les étourdissements, les nausées et les vomissements, peuvent s’additionner à ceux des médicaments.

Si vous prenez des médicaments, il est important de vous informer auprès de votre pharmacien pour savoir si vous pouvez consommer de l’alcool. Demandez-lui de vous expliquer les risques que cela peut présenter. Le cas échéant, il vous dira quelle quantité d’alcool vous pouvez raisonnablement vous permettre.

Quelques conseils pour une consommation d’alcool judicieuse

  • Si vous êtes une femme, limitez votre consommation d’alcool à deux verres par jour et à un maximum de dix par semaine.
  • Si vous êtes un homme, limitez votre consommation d’alcool à trois verres par jour et à un maximum de quinze par semaine.
  • Essayez de ne pas boire tous les jours. Accordez-vous des « jours sans alcool », idéalement au moins un ou deux par semaine.  
  • Lorsque vous consommez de l’alcool, buvez à petites gorgées et prenez le temps de les savourer.
  • Ne buvez pas plus d’une boisson alcoolisée par heure.
  • Entre deux verres d’alcool, buvez des boissons non alcoolisées (jus de fruits, eau gazéifiée, etc.).
  • Soyez attentif aux premiers signes d’ivresse. Ralentissez ou cessez la consommation d’alcool au moment opportun.
  • Si vous sentez que vous avez perdu la maîtrise de votre consommation d’alcool, parlez-en à une personne de confiance.

Pour plus de renseignements sur les principes entourant une saine consommation d’alcool, consultez le site Internet d’Éduc’alcool au http://educalcool.qc.ca.

×

Envoyer à un ami

Alcool : tracez votre ligne de conduite

Le fait de boire de l’alcool est souvent associé au plaisir et à la convivialité, mais une consommation sensée est essentielle au maintien d’une bonne santé.
De :
À :

Chargement en cours...