Rééducation périnéale chez la femme

Pour qui et pourquoi?

Mesdames, vous avez sûrement déjà entendu parler de la rééducation périnéale ou des exercices de Kegel, mais savez-vous s’ils pourraient vous être utiles?

Les muscles pelviens

Toutes les femmes éprouvent tôt ou tard des difficultés au niveau de la sphère intime. Elles souhaitent alors pouvoir recourir à des solutions simples et faciles d’accès. Le présent texte traite d’une d’entre elles : la rééducation périnéale (ou pelvienne), une approche qui consiste à renforcer les muscles pelviens.

Les muscles du plancher pelvien forment une structure qui se trouve à la base du bassin. Ils s’étendent entre le bas du pubis et le coccyx. Le plancher pelvien soutient les organes situés dans le bas-ventre, un peu comme le ferait un hamac. C’est la partie la plus profonde du périnée. Dans cette région du corps, on retrouve des orifices pour le rectum et l’urètre et, chez la femme, un orifice pour le vagin.

Les muscles pelviens sont impliqués entre autres dans la miction (action d’uriner) et dans le passage des gaz intestinaux et des selles. Ils participent à la stabilisation du corps, de même qu’au bon déroulement des rapports sexuels.

Les exercices de Kegel

Lorsqu’on parle de rééducation périnéale, on fait souvent référence aux exercices de Kegel. Il s’agit d’une technique qu’on peut pratiquer soi-même, à la maison ou ailleurs, pour renforcer les muscles pelviens. Relativement simple à maîtriser, cette technique exige tout de même un apprentissage. Si vous souhaitez vous initier aux exercices de Kegel, demandez conseil à un professionnel de la santé qui s’y connaît (comme un physiothérapeute).

Lorsqu’on débute, il faut s’assurer de faire travailler les bons muscles. Les muscles que vous devez « entraîner » sont ceux qui se contractent lorsque vous vous retenez d’uriner ou d’aller à la selle. Une fois que vous aurez appris à maîtriser les exercices, vous pourrez les effectuer en position assise ou couchée, selon votre convenance.

Les raisons de recourir à ces exercices

Lorsque les muscles du plancher pelvien sont atrophiés, affaiblis ou trop tendus, cela peut contribuer à divers problèmes. Les exercices de Kegel peuvent s’avérer salutaires dans certains cas. Voici quelques exemples.

Prolapsus génital

Le prolapsus génital se définit par la descente d’un organe interne (vessie, utérus, rectum, etc.) dans la région pelvienne. Il résulte d’un étirement ou d’un affaiblissement des muscles et des ligaments qui soutiennent ces organes. Le plancher pelvien renforce ce soutien par en dessous.

Ce problème survient plus fréquemment chez les femmes, après la ménopause. Le renforcement des muscles pelviens peut prévenir le prolapsus génital et aider à le résoudre dans les cas mineurs.

Fuites urinaires

Lorsque les muscles pelviens sont fermes ou contractés, ils compriment l’urètre (le tube par lequel s’écoule l’urine) et aident ainsi à bien retenir l’urine dans la vessie. À l’inverse, lorsque ces muscles sont affaiblis ou relâchés, il peut y avoir des fuites.

Les femmes ayant un problème d’incontinence urinaire ont avantage à essayer les exercices de Kegel pour renforcer les muscles de soutien, ce qui aidera à garder l’urètre bien fermé et à prévenir les fuites urinaires.

Gaz et incontinence fécale

En temps normal, le périnée contribue à la rétention des gaz intestinaux et des selles. Un dysfonctionnement du périnée peut entraîner une évacuation incontrôlée et gênante de gaz et une incontinence fécale. La rééducation périnéale peut également aider sur ce plan.

Douleurs

Une trop forte tension au niveau des muscles pelviens peut occasionner des douleurs, par exemple lors du passage des selles ou de relations sexuelles. Dans ce cas, la rééducation périnéale peut inclure des massages ou d’autres techniques susceptibles de relâcher ces muscles.

Période post-accouchement

Au cours de la grossesse et d’un accouchement par voie naturelle, le périnée est mis à rude épreuve. La rééducation périnéale aide à prévenir et à corriger des problèmes observés typiquement après l’accouchement, y compris les fuites urinaires et les douleurs.

Âge avancé et ménopause

En gagnant en âge, et surtout après la ménopause, les femmes sont plus à risque d’éprouver certains troubles dans la région pelvienne (sécheresse vaginale, douleurs, fuites urinaires, prolapsus génital, etc.).

Obésité

L’obésité constitue un facteur de risque de plusieurs problèmes de santé, y compris le prolapsus génital et les fuites urinaires.

Quelques conseils

Si vous décidez d’inclure les exercices de Kegel dans votre routine quotidienne, voici quelques conseils :

  • Pour obtenir de bons résultats, faites 3 séances d’exercices par jour, 3 ou 4 fois par semaine. Faites de 8 à 15 contractions à chaque séance. Retenez chaque contraction pendant environ 6 à 8 secondes, puis relâchez les muscles pendant environ 10 secondes. Après 3 à 4 mois d’exercices assidus, vous devriez constater une amélioration. Ces chiffres vous sont suggérés à titre indicatif seulement. Demandez à votre professionnel de la santé de vous donner des directives claires adaptées à votre situation.
  • Si vous trouvez les exercices difficiles au début, c’est normal. Persévérez. Les muscles sont affaiblis, mais ils prendront de la force et vous aurez éventuellement plus de facilité.
  • Prenez l’habitude de les faire en même temps que d’autres activités routinières (ex. : en regardant le bulletin de nouvelles), de manière à ne pas les oublier.
  • Une fois que vous aurez atteint les résultats voulus, continuez vos exercices quotidiennement pour ne pas perdre les bénéfices.

Pour toute question liée à la santé des femmes, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien.

×

Envoyer à un ami

Rééducation périnéale chez la femme

Mesdames, vous avez sûrement déjà entendu parler de la rééducation périnéale ou des exercices de Kegel, mais savez-vous s’ils pourraient vous être utiles?
De :
À :

Chargement en cours...