Mythes et réalités sur la prévention des vaginites à levures

Certaines habitudes de vie peuvent prédisposer une femme aux infections vaginales à levures. Découvrez lesquelles!

Mieux vaut prévenir que guérir!

De nombreuses femmes subissent les désagréments causés par les infections vaginales à levures, aussi appelées « vaginites à champignons », ponctuellement ou à répétition. Saviez-vous que les habitudes de vie d’une personne peuvent la prédisposer à développer une telle infection?

Bien qu’il soit impossible d’éliminer complètement le risque d’infection vaginale à levures, on peut prendre conscience des moyens de s’en protéger.

Découvrez s’il est vrai ou faux que les facteurs suivants peuvent accroître le risque de contracter une infection vaginale à levures.

1

L’usage de produits d’hygiène vaginale.

Vrai. Bien des femmes ont recours à des produits d’hygiène vaginale tels que des savons irritants, des douches vaginales, des gels, des crèmes, des poudres ou des solutions à vaporiser désodorisantes ou anti-démangeaisons. L’emploi de tels produits peut accroître le risque d’infection vaginale.

Le principe disant que « moins, c’est plus » s’applique fort bien ici! Un bon nettoyage quotidien avec de l’eau et un savon doux constitue une mesure d’hygiène suffisante.

2

La prise de certains médicaments.

Vrai. Certains médicaments peuvent avoir pour effet secondaire d’affecter l’équilibre de la flore vaginale. C’est le cas, par exemple, de divers antibiotiques, de la cortisone, de certains contraceptifs et des traitements utilisés en chimiothérapie.

Il est donc possible qu’un médicament que vous prenez vous prédispose aux infections vaginales à levures. Si vous avez tendance à avoir des infections vaginales à répétition, posez la question à votre pharmacien.

3

Le port de certains vêtements.

Vrai. Les maillots de bain mouillés, les vêtements trop serrés et les sous-vêtements en fibres synthétiques peuvent favoriser le développement d’une infection vaginale. Mieux vaut opter pour des vêtements plus amples faits de fibres naturelles qui « respirent », comme le coton.

4

L’utilisation d’un lubrifiant personnel lors des rapports sexuels.

Vrai et faux. Pour certaines femmes, l’emploi d’un lubrifiant personnel aide à faciliter les rapports sexuels et à les rendre plus agréables. En réduisant le frottement, un lubrifiant peut contribuer à préserver la flore vaginale et à prévenir les infections.

Toutefois, certains produits destinés à cet usage peuvent avoir un effet irritant, comme ceux qui sont parfumés ou qui contiennent des agents superflus.

Demandez conseil à votre pharmacien avant de vous procurer un lubrifiant personnel.

5

Les aliments trop gras ou salés.

Faux. À ce jour, il n’existe pas de données scientifiques établissant un lien entre une alimentation riche en gras et en sel et un risque accru d’infection vaginale. Toutefois, il a été avancé qu’une alimentation riche en sucre pourrait augmenter ce risque.

Raison de plus pour réduire sa consommation de sucres alimentaires.

6

Un diabète mal contrôlé.

Vrai. Il est crucial pour les femmes atteintes de diabète de maîtriser leur glycémie (taux de sucre sanguin) afin de réduire les risques de complications liées à cette maladie. Une glycémie trop élevée compromet la capacité du corps à se défendre contre les infections, y compris les infections vaginales à levures.

Pour des conseils visant un meilleur contrôle du diabète, consultez votre pharmacien.

7

Le tabagisme

Bonne question! Il semblerait que, pour le moment, la science n’ait pas réussi à établir un lien clair entre le tabagisme et un risque accru d’infection vaginale à levures. Par contre, gardons à l’esprit que le fait de fumer affaiblit le système immunitaire…

En attendant d’en savoir plus à ce sujet, pourquoi ne pas envisager tout de même d’abandonner la cigarette? Parions que vous remarquerez de nombreux changements bénéfiques!

8

Le stress.

Vrai. Le stress chronique affaiblit le système immunitaire et réduit ses capacités de protection contre les microbes. Cela peut permettre aux levures responsables d’infections fongiques de prendre le dessus.

En apprenant à mieux maîtriser le stress dans votre vie, vous réduisez vos risques de subir bien des inconvénients, dont la vaginite à levures.

Pour toute question concernant les infections vaginales à levures, ainsi que pour des conseils sur leur traitement ou les mesures de prévention, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien.

×

Envoyer à un ami

Mythes et réalités sur la prévention des vaginites à levures

Certaines habitudes de vie peuvent prédisposer une femme aux infections vaginales à levures. Découvrez lesquelles!
De :
À :

Chargement en cours...