Prévenez l’infarctus du myocarde et l’AVC

Les maladies cardiovasculaires, dont l’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral (AVC), entraînent parfois de lourdes conséquences. Heureusement, les gens qui désirent prendre leur santé en main ont accès à toute l’information nécessaire pour mieux connaître et prévenir ces affections.

Qu’est-ce que l’infarctus du myocarde?

L’infarctus du myocarde (crise cardiaque) survient lorsque l’apport de sang à une partie du muscle cardiaque, c’est-à-dire le myocarde, est considérablement réduit ou interrompu. Cela est généralement causé par un petit caillot de sang dans l'un des vaisseaux sanguins qui nourrissent le muscle cardiaque (myocarde). Il existe plusieurs signes avant-coureurs caractéristiques de l’infarctus du myocarde, le principal étant une douleur intense à la poitrine. Les autres signes à surveiller sont abordés en détail dans le texte Soyez prêt à réagir en cas d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral (AVC).

Qu’est-ce que l’accident vasculaire cérébral (AVC)?

L’accident vasculaire cérébral se produit lorsqu'une artère qui alimente le cerveau en sang éclate ou est bloqué par un caillot de sang. En quelques minutes, les cellules nerveuses (neurones) de la région touchée du cerveau sont endommagées et meurent. Cela affecte le fonctionnement normal de la partie du corps contrôlée par ces cellules.

Généralement, une personne peut avoir un ou plus d’un mini-AVC ou ischémie cérébrale transitoire (ICT) avant de souffrir d’un AVC franc. L’ICT ressemble à l’AVC, mais ses symptômes, contrairement à ceux de l’AVC, disparaissent en 10 à 20 minutes. L’ICT peut se produire des mois avant un AVC. On doit considérer la première ICT comme une urgence, car elle constitue l’un des signes avant-coureurs de l’AVC.

Le texte Soyez prêt à réagir en cas d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral (AVC) vous renseignera avec précision sur les signes et les symptômes évocateurs de l’AVC.

Êtes-vous à risque de souffrir d’une maladie cardiovasculaire?

Certains facteurs peuvent vous prédisposer à une maladie cardiaque telle que l’infarctus du myocarde ou à un AVC. En voici quelques exemples :

  • Vous avez des antécédents familiaux de maladie cardiovasculaire.
  • Vous êtes un homme âgé de plus de 45 ans ou une femme âgée de plus de 55 ans.
  • Vous êtes une femme ménopausée.
  • Vous appartenez à une communauté ethnique à risque (autochtone, africaine, sud-asiatique, etc.).
  • Vous avez déjà subi un infarctus du myocarde, une ICT ou un AVC.
  • Vous avez une diète de piètre qualité, riche en gras saturés.
  • Vous faites de l’embonpoint ou souffrez d’obésité.
  • Vous fumez.
  • Vous êtes diabétique.
  • Vous souffrez d’hypertension artérielle ou avez besoin de médicaments pour la maîtriser.
  • Vos taux de cholestérol sont élevés ou vous prenez des médicaments pour les stabiliser.
  • Vous avez un mode de vie sédentaire.
  • Vous consommez trop d’alcool.
  • Vous êtes très stressé.

Discutez de ces facteurs avec votre médecin pour connaître votre niveau de risque de maladie cardiovasculaire.

Comment prévenir l’infarctus du myocarde ou l’AVC?

Les cinq premiers facteurs présentés plus haut échappent à votre contrôle. Toutefois, il est possible d’agir sur les autres en apportant des changements à votre mode de vie. Cette démarche est susceptible d’avoir une réelle influence sur votre santé cardiovasculaire et globale; elle se traduit généralement par une diminution du risque d’infarctus du myocarde ou d’AVC.

Voici sur quelles mesures vous pouvez miser à cet effet :

  • Mangez mieux. Une saine alimentation est à la base d’une bonne santé, particulièrement sur le plan cardiovasculaire! Suivez les recommandations du Guide alimentaire canadien. On trouve  beaucoup d’information sur cette question dans des livres et sur Internet. Faites vos petites recherches… Au besoin, demandez conseil à une nutritionniste.
  • Cessez de fumer. La cessation tabagique est sans contredit la mesure la plus efficace pour préserver votre santé cardiovasculaire, sans compter ses nombreux autres bienfaits! Votre pharmacien peut vous guider et vous aider à chacune des étapes de votre cheminement vers une vie sans tabac. En plus de vous informer sur le choix d’une aide antitabagique qui augmentera considérablement vos chances de réussite, il peut vous prodiguer une foule de conseils. En matière de cessation tabagique, votre pharmacien s’y connaît. N’hésitez pas à le consulter autant de fois que nécessaire!
  • Faites de l’activité physique. L’activité physique permet de se sentir mieux et améliore la santé cardiaque. Dans cette optique, faire 30 minutes d’activité physique par jour constitue un bon objectif à atteindre. Vous n’êtes pas obligé de pratiquer une activité en continu; 10 minutes de marche par-ci par-là, et votre objectif sera atteint. Bien entendu, vous pouvez aussi vous adonner à une activité qui vous passionne – natation, vélo, danse, etc.
  • Perdez du poids. Pour plusieurs personnes, maintenir un poids santé est un objectif omniprésent, souvent difficile à atteindre. Avec des efforts soutenus et constants, vous pouvez y arriver. Encore une fois, n’amorcez pas une démarche de perte de poids sans aide, d’autant plus que de nombreuses ressources existent et ont fait leurs preuves.
  • Faites preuve de modération si vous consommez de l’alcool. Selon les recommandations d’Éduc’alcool, vous devriez limiter votre consommation d’alcool à deux verres par jour et à dix par semaine si vous êtes une femme et à trois verres par jour et à quinze par semaine si vous êtes un homme. Pour plus de renseignements sur les moyens de consommer l’alcool judicieusement, lisez le texte Consommation d’alcool : tracez votre ligne de conduite.
  • Surveillez votre glycémie, votre tension artérielle et vos taux de cholestérol. Le diabète, l’hypertension et l’hypercholestérolémie sont trois affections qui augmentent le risque de maladie cardiaque, surtout si elles sont mal maîtrisées. Lorsqu’elles coexistent chez un même individu, le risque se trouve à être en quelque sorte multiplié. Si une ou plusieurs de ces maladies vous touchent, demandez à votre médecin ou à votre pharmacien de vous aider à en obtenir la maîtrise.

Les médicaments peuvent-ils être utiles?

La première chose à faire pour prévenir les maladies cardiovasculaires est d’acquérir et de maintenir de saines habitudes de vie. Toutefois, cela ne suffit pas toujours. Il n’est pas rare qu’un individu doive prendre des médicaments pour éviter la survenue d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC.

Voici quelques exemples de médicaments qui pourraient vous être prescrits :

  • des médicaments pour équilibrer votre glycémie, si vous êtes diabétique;
  • des médicaments pour maîtriser votre tension artérielle, si vous êtes hypertendu;
  • des médicaments pour stabiliser vos taux de cholestérol, s’ils sont trop élevés;
  • des médicaments pour éviter la formation de caillots dans votre sang (ce qui pourrait mener à un infarctus du myocarde ou à un AVC);
  • des médicaments pour protéger vos vaisseaux sanguins et vos reins.

Si vous prenez de tels médicaments, vous ne ressentirez probablement pas leurs effets bénéfiques. Cela est tout à fait normal. Il peut être alors tentant de ne pas les prendre correctement ou assidûment. Cela est un piège dans lequel vous ne devez pas tomber. Si vous hésitez à prendre un médicament, consultez votre pharmacien. Il peut notamment répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont le mode d’action et les effets de ce médicament?
  • Quels bénéfices pourrais-je en retirer? (Assurez-vous d’obtenir une réponse concrète à cette question.)
  • Quels sont les risques associés à la prise de ce médicament?
  • Quels sont les effets secondaires possibles?
  • Comment ce médicament peut-il interagir avec les autres médicaments que je prends?
  • Comment devrais-je prendre ce médicament pour en faire un usage optimal (posologie, moment de la journée, prise avec de la nourriture ou à jeun, etc.)?
  • Comment devrais-je conserver ce médicament à la maison?

Ne restez jamais dans l’incertitude quand il est question de médication. Au moindre doute, communiquez avec votre pharmacien pour lui poser les questions appropriées. Ne décidez jamais de ne pas prendre un médicament avant d’en avoir discuté avec lui. Il pourra vous aider à prendre des décisions éclairées.

L’adoption de saines habitudes de vie et la prise régulière de vos médicaments destinés à la prévention des maladies cardiovasculaires sont des mesures qui peuvent influer sur le cours de votre vie en évitant la survenue d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC. En plus d’être associés à une mortalité très élevée, ces derniers peuvent laisser des séquelles permanentes. Il n’en tient qu’à vous de prévenir plutôt que de guérir!

×

Envoyer à un ami

Prévenez l’infarctus du myocarde et l’AVC

Les maladies cardiovasculaires, dont l’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral (AVC), entraînent parfois de lourdes conséquences. Heureusement, les gens qui désirent prendre leur santé en main ont accès à toute l’information nécessaire pour mieux connaître et prévenir ces affections.
De :
À :

Chargement en cours...