Brûlures superficielles : les premiers soins

Les brûlures superficielles surviennent souvent quand on s’y attend le moins! De l’eau ou de la vapeur chaude, un objet brûlant, une flamme, des produits chimiques, l’électricité et une surexposition au soleil sont autant d’éléments pouvant causer une brûlure. Que faire dans une telle situation?

Les brûlures superficielles

On désigne souvent une brûlure superficielle par le terme « brûlure du premier degré ». Elle touche l’épiderme, la couche la plus superficielle de la peau. Dans ce contexte, la peau apparaît asséchée, rouge et douloureuse. Lorsqu’on la touche du doigt, elle devient blanche. Le plus souvent, les brûlures superficielles guérissent en l’espace de trois à six jours et ne laissent pas de cicatrice.

Une brûlure superficielle peut parfois causer de petites lésions sur la peau, comme des ampoules. La guérison prend parfois un peu plus de temps si la peau est éraflée. Le développement d’une cicatrice n’est pas impossible.

La plupart des brûlures courantes sont mineures et peuvent être traitées à la maison. Toutefois, les brûlures plus graves nécessitent des soins médicaux immédiats. Le présent texte ne traite que des blessures superficielles et n’aborde pas la gestion des blessures du second et du troisième degré.

Quand consulter un médecin

Il est conseillé de voir un médecin sans délai si la brûlure :

  • est située sur le visage, les yeux, les oreilles, les pieds ou les organes génitaux;
  • est située près d’une articulation comme le genou ou l’épaule;
  • a un diamètre supérieur à environ 7 cm;
  • est profonde (au-delà de l’épiderme);
  • semble s’infecter;
  • a été subie par une personne âgée de moins de 5 ans ou de plus de 70 ans;
  • a été subie par une personne dont le système immunitaire est affaibli;
  • cause de la fièvre (> 38 °C);
  • a été causée par l’électricité. 

Si vous n’êtes pas certain qu’une brûlure justifie une visite médicale, appelez un professionnel de la santé (par exemple, votre pharmacien ou le 811). Dans le doute, consultez.

Les fameux « remèdes de grand-mère » et autres mythes

Bien des familles ont recours à une multitude de trucs légendaires destinés à soulager et soigner les brûlures. En réalité, il faut être très prudent avant d’appliquer quoi que ce soit sur une brûlure. Dans certains cas, un tel faux pas peut empirer la sensation de douleur, aggraver la blessure ou encore augmenter le risque d’infection.

Voici quelques exemples d’aliments ou de substances dont l’emploi a été préconisé traditionnellement, mais qu’on doit s’abstenir d’utiliser :

  • de la pomme de terre;
  • du dentifrice (pâte à dent);
  • du beurre ou de la margarine;
  • de l’huile;
  • du vinaigre;
  • du miel;
  • du blanc d’œuf.

Voici deux autres mythes courants :

  • Il faut crever les ampoules. L’ampoule a une utilité : elle sert à protéger la peau pendant qu’elle guérit. Le fait de la crever compromet le processus de guérison et augmente le risque d’infection.
  • Il faut mettre de la glace sur une brûlure. Il est déconseillé d’appliquer du froid ou de la glace, car cela risque d’empirer la situation.

Comment prendre soin d’une brûlure mineure

Les soins à appliquer à une blessure mineure peuvent se diviser en cinq étapes. Les étapes 1 et 2 sont interchangeables.

  1. Refroidir la peau. Après avoir pris soin d’enlever l’élément ayant causé la brûlure (ex. : du café brûlant), rincez la peau à l’eau fraîche pendant un maximum de 5 minutes. Ceci devrait contribuer à réduire la sensation de douleur. Un jet d’eau faible est préférable. On peut également appliquer des compresses froides jusqu’à une trentaine de minutes.
  2. Nettoyer la peau. Il importe de nettoyer doucement la plaie. Pour ce faire, employez un savon doux (idéalement sans parfum) et de l’eau tiède. Asséchez ensuite la plaie en tapotant doucement à l’aide d’un linge ou d’une serviette propre. Évitez de frotter ou d’assécher vigoureusement. Vous n’avez pas besoin de désinfecter la plaie. L’usage d’alcool, d’iode, de peroxyde d’hydrogène ou de tout autre désinfectant ne comporte aucun avantage. Ensuite, nettoyez la peau quotidiennement et à chaque changement de pansement.
  3. Prévenir l’infection. Une brûlure est une lésion à risque de s’infecter, surtout lorsque la peau est endommagée. Pour prévenir l’infection, il est conseillé d’appliquer un antibiotique topique (en crème, onguent ou lotion). Suivez bien les instructions d’usage du fabricant du produit ou de votre pharmacien. Habituellement, on appliquera l’antibiotique d’une à trois fois par jour. Si on couvre la blessure d’un pansement, on appliquera l’antibiotique lors du changement.
  4. Couvrir la brûlure d’un pansement. Ce ne sont pas toutes les brûlures superficielles qui nécessitent d’être couvertes d’un pansement. Cette étape est surtout nécessaire si la peau est endommagée. Dans ce cas, un pansement fait de gaze stérile peut très bien faire l’affaire. On changera le pansement une ou deux fois par jour. Devant la panoplie de pansements disponibles à la pharmacie, il peut être ardu d’arrêter son choix. Il est préférable de demander conseil à votre pharmacien à ce sujet.
  5. Hydrater la peau. Lorsque la brûlure semble guérie, l’application d’un hydratant peut aider la peau à retrouver toute sa souplesse. Optez pour un hydratant de qualité, sans parfum ni agents superflus. Votre pharmacien peut vous recommander un bon hydratant.

Comment soulager la douleur et les démangeaisons

Il n’est pas rare qu’une brûlure mineure cause une sensation d’inconfort ou de douleur. Si tel est le cas, vous pouvez prendre un analgésique comme l’acétaminophène ou un anti-inflammatoire comme l’ibuprofène, mais consultez d’abord votre pharmacien. Demandez-lui de vous aider à choisir le produit vous convenant le mieux selon votre âge, votre état de santé, vos antécédents médicaux et les autres médicaments que vous prenez. Il peut également vous indiquer la posologie recommandée.

Si vous devez donner un médicament à un enfant, demandez au pharmacien de vous préciser la dose à offrir selon l’âge et le poids de l’enfant.

Le processus de cicatrisation peut amener des démangeaisons incommodantes. Celles-ci ne sont pas anormales et se résorbent habituellement dans les jours suivant la brûlure. Toutefois, si les démangeaisons vous dérangent, vous pouvez envisager l’emploi d’un médicament. Par exemple, la prise d’un antihistaminique oral comme la diphenhydramine pourrait vous être salutaire, surtout la nuit. Certains produits à usage topique peuvent également être utiles. Demandez à votre pharmacien de vous indiquer lesquels.

Il est important de ne pas vous gratter, ce qui peut compromettre la guérison et augmenter le risque d’infection.

Le rôle de votre pharmacien

La qualité des soins que vous apportez à toute blessure influence sa guérison et les désagréments encourus. Par conséquent, ne laissez rien au hasard. En cas de brûlure, demandez à votre pharmacien de vous aider à choisir les produits et les médicaments susceptibles de vous aider (nettoyant, hydratant, antibiotique, pansement, etc.). Votre pharmacien s’y connaît bien en premiers soins. De plus, il peut être stratégique de vous procurer certains produits à l’avance pour garnir votre pharmacie. Vous vous féliciterez de votre prévoyance lorsqu’une brûlure viendra assombrir la journée d’un membre de votre famille. 

×

Envoyer à un ami

Brûlures superficielles : les premiers soins

Les brûlures superficielles surviennent souvent quand on s’y attend le moins! De l’eau ou de la vapeur chaude, un objet brûlant, une flamme, des produits chimiques, l’électricité et une surexposition au soleil sont autant d’éléments pouvant causer une brûlure. Que faire dans une telle situation?
De :
À :

Chargement en cours...