Le phénomène de Raynaud

Il nous est tous arrivé de sortir par temps froid sans gants ni foulard. Cela n’a pas de conséquences majeures chez la plupart des gens. Les répercussions sont toutefois bien différentes pour les personnes atteintes du phénomène de Raynaud.

Le phénomène de Raynaud

Y a-t-il dans votre entourage une personne dont les doigts deviennent très blancs lorsqu’elle est exposée au froid? Cette manifestation caractéristique du phénomène de Raynaud est probablement la plus connue. Elle est causée par la contraction ou le rétrécissement de très petits vaisseaux sanguins, appelés artérioles, qui acheminent le sang vers les extrémités et d’autres parties du corps, à savoir :

  • les doigts;
  • les orteils;
  • les oreilles;
  • le nez;
  • les lèvres;
  • les mamelons.

Dans le langage médical, le terme « vasoconstriction » sert à désigner le rétrécissement des vaisseaux sanguins. Chez les gens atteints du phénomène de Raynaud, la vasoconstriction est excessive et diminue anormalement la circulation du sang. Elle survient surtout en cas d’exposition à certains facteurs, tels que :

  • le froid;
  • une variation de température à la baisse, telle que celle vécue lors du passage dans une pièce climatisée ou dans la section des produits surgelés d’une épicerie;
  • un stress;
  • un choc émotionnel.

Le phénomène de Raynaud affecte entre 3 et 5 % de la population adulte et jusqu’à 20 % des jeunes femmes. Sa fréquence peut varier selon le climat, la couleur de la peau, l’origine ethnique et la profession. Il risque davantage de se manifester si un membre de votre famille en est atteint.

Les signes et les symptômes du phénomène de Raynaud

Les signes et les symptômes du phénomène de Raynaud évoluent en trois phases. On remarque d’abord une pâleur ou un blanchiment important de la partie du corps atteinte. Il peut y avoir une perte de sensibilité, et la peau devient froide. Par la suite, la diminution marquée de la circulation sanguine au niveau de cette partie du corps provoque la cyanose, c’est-à-dire une coloration bleutée de la peau. Finalement, le rétablissement de l’apport sanguin se manifeste par une rougeur de la partie du corps affectée, de 15 à 20 minutes après la fin de l’exposition au facteur ayant causé la crise.

Le phénomène de Raynaud peut aussi provoquer :

  • de la douleur;
  • des fourmillements;
  • un picotement;
  • des engourdissements.

Lorsqu’elles surviennent au niveau des mains, les crises débutent généralement par une atteinte de l’index, du majeur ou de l’auriculaire, pour ensuite se propager aux autres doigts.  Le pouce est rarement atteint. Les crises peuvent durer de quelques minutes à quelques heures. Lorsque l’apport de sang est grandement réduit, le phénomène de Raynaud risque de provoquer des complications sérieuses, telles que des lésions qui ne se cicatrisent pas et la gangrène.

Les causes du phénomène de Raynaud

Deux types de phénomène de Raynaud existent, dont les causes sont différentes. Cette distinction est importante, puisqu’elle influe sur le traitement qui sera proposé.

Le phénomène de Raynaud primaire ou maladie de Raynaud atteint surtout les personnes en bonne santé. Le premier épisode survient généralement avant l’âge de 30 ans. Les complications sont peu communes. Des périodes de rémission sont fréquentes. La cause est encore inconnue.

Le phénomène de Raynaud secondaire ou syndrome de Raynaud est causé par un effet indésirable d’un médicament ou par une maladie qui entraîne un problème de circulation sanguine, comme :

  • la sclérodermie;
  • le lupus érythémateux;
  • le syndrome de Sjögren;
  • l’athérosclérose;
  • la polyarthrite rhumatoïde.

Certains métiers nécessitant l’utilisation d’outils qui entraînent des vibrations peuvent également être la cause du syndrome de Raynaud.

Les signes et les symptômes du syndrome de Raynaud sont les mêmes que ceux décrits précédemment. Toutefois, ils peuvent être plus sévères et durer plus longtemps.

Les mesures non pharmacologiques

La première étape du traitement du phénomène de Raynaud consiste en l’application de mesures non pharmacologiques, notamment axées sur la modification du style de vie. Ces mesures peuvent être suffisantes pour traiter les cas peu sévères.

Voici quelques conseils à cet égard :

  • Cessez de fumer. Le tabagisme entraîne un rétrécissement des vaisseaux sanguins et s’avère susceptible de provoquer une crise. Votre pharmacien peut vous proposer une aide pharmacologique pour faciliter la cessation tabagique. Il peut également vous offrir son soutien et de nombreux conseils pour vous aider à réussir.
  • Réduisez votre consommation de caféine (thé, café, cola).
  • Évitez de recourir à des médicaments qui provoquent une contraction des vaisseaux sanguins, tels que les décongestionnants et certains agents utilisés pour traiter les migraines ou le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).
  • Consultez toujours votre pharmacien avant de prendre un médicament. Il pourra vous orienter vers des choix sécuritaires, particulièrement en matière de médicaments en vente libre.
  • Maîtrisez certaines techniques de relaxation, surtout si vos crises sont provoquées par le stress.
  • Évitez le froid. Portez des gants et des bas chauds lorsque la chaleur n’est pas au rendez-vous.
  • Habillez-vous en « pelures d’oignon », c’est-à-dire en superposant plusieurs couches de vêtements.
  • Évitez les variations de température, telles que celles subies lors du passage d’un endroit chaud à un lieu climatisé.
  • Limitez l’utilisation d’outils qui provoquent des vibrations.

En cas de crise, faites tremper dans de l’eau tiède la partie du corps affectée afin d’aider à y rétablir la circulation du sang. Vous pouvez également placer vos doigts sous vos aisselles ou les frotter pour favoriser leur réchauffement.

Les mesures pharmacologiques

Si malgré tous les crises ne sont pas contrôlées par les mesures non pharmacologiques, votre médecin pourra vous prescrire un médicament. Certaines personnes pourront prendre le médicament seulement au besoin durant les mois d’hiver; d’autres, particulièrement celles qui sont atteintes d’un syndrome de Raynaud plus sévère, devront le prendre régulièrement dans le cadre d’un traitement plus énergique. Tous les traitements visent à favoriser la circulation sanguine en empêchant la contraction excessive des vaisseaux sanguins.

Votre pharmacien peut vous informer sur les médicaments prescrits pour traiter le phénomène de Raynaud, notamment sous l’angle de leurs effets, des précautions liées à leur administration et de leur utilisation optimale. N’hésitez pas à le consulter et à lui poser autant de questions que nécessaire. Si vous prenez d’autres médicaments, il saura déterminer si certains peuvent contribuer au phénomène de Raynaud. Le cas échéant, une discussion entre votre pharmacien et votre médecin s’imposera peut-être.

Bien que décrit pour la première fois en 1862, le phénomène de Raynaud comporte encore son lot de mystères. Des avenues thérapeutiques nouvelles sont explorées. Néanmoins, le meilleur des traitements demeure encore la prévention.

×

Envoyer à un ami

Le phénomène de Raynaud

Il nous est tous arrivé de sortir par temps froid sans gants ni foulard. Cela n’a pas de conséquences majeures chez la plupart des gens. Les répercussions sont toutefois bien différentes pour les personnes atteintes du phénomène de Raynaud.
De :
À :

Chargement en cours...