L’emploi sécuritaire des médicaments en vente libre

La plupart des Canadiens doivent se tourner, à un moment ou à un autre, vers des médicaments en vente libre (MVL). Bien qu’ils soient facilement accessibles, il faut savoir que ces médicaments ne sont pas dénués de risques. Voici de l’information à ce sujet. 

Les médicaments disponibles sans ordonnance

Nous entendons par médicaments en vente libre (MVL) les médicaments qui, d’un point de vue réglementaire, ne nécessitent pas d’ordonnance médicale mais doivent faire l’objet d’une supervision. En effet, ils doivent être conservés dans une section de la pharmacie qui est accessible au public mais qui demeure sous le contrôle et la surveillance constante d’un pharmacien. Bien entendu, les gens peuvent tout de même se les procurer sans nécessairement consulter le pharmacien.

L’automédication au moyen de MVL est pratique courante. Elle permet de soulager, de prévenir ou de traiter des problèmes de santé mineurs tels qu’un rhume, la douleur, la digestion difficile, le mal de gorge, les verrues, etc. Elle est donc surtout réservée aux petits maux bénins du quotidien, ceux que l’on reconnaît aisément, dont on est sûr de la cause et qui surviennent ponctuellement sans engendrer de symptômes sévères. Pour s’assurer d’un usage sécuritaire des MVL, il est important d’être au fait des risques possibles.

La bonne information

Afin de garantir le bon usage d’un médicament, il est essentiel que le patient puisse disposer de renseignements valables, complets et objectifs. Certes, on retrouve plusieurs informations sur l’emballage du médicament, mais celles-ci s’avèrent souvent insuffisantes. Surtout, elles ne tiennent pas compte des caractéristiques particulières à chaque individu se procurant le médicament en question. Voilà pourquoi il est recommandé que vous consultiez votre pharmacien chaque fois que vous souhaitez utiliser un MVL.

La décision de prendre un médicament ou non en est une très importante : aucun médicament n’est dénué de risques, et il faut analyser chaque situation au cas par cas. Voici quelques exemples de questions que vous devriez vous poser avant d’envisager l’automédication :

  • Quels sont les bénéfices éventuels du médicament à prendre?
  • Comment agit-il?
  • En combien de temps devrais-je observer ou ressentir l’effet bénéfique?
  • S’agit-il de la meilleure option disponible?
  • Quels sont les effets indésirables possibles de ce médicament?
  • Ce médicament est-il sécuritaire pour moi, compte tenu de mon âge, de mon état de santé, de mes caractéristiques personnelles et des autres médicaments que je prends?
  • Peut-il interagir avec les médicaments que je prends déjà et, si oui, que dois-je faire?

Votre pharmacien peut répondre à toutes ces questions, et même plus!

médicaments en vente libre

Le rôle du pharmacien

En ce qui a trait aux MVL, votre pharmacien est un expert et votre conseiller principal. Il est responsable de vous informer et de vous guider pour s’assurer que vous utiliserez les MVL de la bonne façon, en toute sécurité. Pour ce faire, il vous posera sans doute plusieurs questions. Il voudra peut-être savoir, entre autres :

  • votre âge;
  • vos antécédents médicaux (allergies ou intolérances antérieures à des médicaments, maladies, chirurgies, etc.);  
  • certains aspects de votre mode de vie (tabagisme, emploi, habitudes de vie, etc.);
  • quels autres médicaments vous prenez (prescrits ou non, ce qui comprend les autres MVL et les produits de santé naturels);
  • certaines caractéristiques personnelles (grossesse, allaitement, handicap physique, etc.).

Ne vous étonnez donc pas si votre pharmacien vous déconseille l'usage d'un médicament pourtant en vente libre. Il fait simplement preuve de prudence car aucun médicament n'est jamais complètement inoffensif. Il pourrait peut-être alors vous proposer d’autres options.

En plus de son rôle d’informateur et de conseiller, le pharmacien est responsable d’identifier des problèmes potentiels ou réels en lien avec l’usage des MVL. Il doit aussi assurer le suivi de la réponse au traitement. Finalement, il doit consigner les informations relatives au médicament choisi, de même que la nature de ses interventions, dans le dossier pharmacologique de la personne.

Le mésusage et la surconsommation

Il n’est pas rare que des personnes banalisent l’usage des MVL et, par conséquent, en font un emploi inapproprié ou même risqué. Le non-respect de la posologie, la combinaison de médicaments incompatibles et la consommation d’un produit à des fins autres que thérapeutiques constituent des exemples de mauvais usage (mésusage) des MVL. De tels comportements peuvent être inconscients ou intentionnels.

La surconsommation d’un MVL, volontaire ou non, peut entraîner des conséquences graves. Dans certains cas, elle peut même mener à une intoxication médicamenteuse. Chaque année, au Canada, on rapporte de tels incidents impliquant de nombreux MVL différents. Parfois, un médicament tout à fait inoffensif à dose recommandée peut s’avérer toxique lorsqu’utilisé à fortes doses. C’est le cas, par exemple, de l’acétaminophène.

Les personnes plus à risque

L’emploi de médicaments sans ordonnance nécessite une prudence accrue chez certaines personnes qui sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes de leur usage (ou, à plus forte raison, de leur mésusage). En voici quelques exemples :

  • les bébés et les jeunes enfants (de moins de 6 ans);
  • les adolescents;
  • les femmes enceintes;
  • les femmes qui allaitent;
  • les personnes souffrant de maladies chroniques (hypertension, diabète, maladies cardiaques, rénales ou respiratoires, troubles thyroïdiens, etc.);
  • les personnes âgées;
  • les personnes jugées plus vulnérables pour d’autres raisons.  

Quelques conseils

Voici quelques conseils visant un usage optimal et sécuritaire des MVL :

  • Avant de prendre un MVL, lisez la notice du fabricant, ce petit feuillet à l’intérieur de l’emballage; vous y trouverez sûrement des renseignements utiles. Par contre, ceux-ci ne remplacent pas l’information fournie par le pharmacien.
  • Respectez toujours la posologie et les autres instructions fournies par le fabricant ou le pharmacien.
  • Si l’emploi du MVL est destiné à un bébé ou à un enfant, demandez à votre pharmacien de calculer la dose en fonction de l’âge et/ou du poids de l’enfant. Les instructions sur l’emballage pourraient ne pas être tout à fait justes.
  • Mesurez toujours la dose à prendre avec une seringue, un gobelet ou tout autre instrument gradué.
  • Faites attention aux associations médicamenteuses, qui comprennent deux ou plusieurs médicaments différents dans une même formulation. Il se pourrait que votre état ne nécessite pas de les prendre tous. Il est toujours préférable de s’abstenir de prendre un médicament inutilement.
  • Gardez tout médicament, y compris les MVL, hors de la portée et de la vue des enfants et de toute personne jugée à risque d’un mauvais usage.
  • Conservez toujours vos MVL selon les directives fournies par le fabricant ou votre pharmacien. Ne les entreposez pas dans un endroit soumis à des variations importantes de température et d’humidité, comme la salle de bains ou la voiture.
  • Faites le ménage de votre armoire à pharmacie régulièrement.
  • Ne prenez pas un médicament si sa date de péremption est dépassée. Rapportez tout médicament périmé, endommagé ou non requis à votre pharmacie pour une destruction sécuritaire et respectueuse de l’environnement.
  • Si vous avez des doutes quant à l’utilisation appropriée d’un MVL ou à la façon de le prendre, consultez votre pharmacien. Rappelez-vous également que votre situation pourrait nécessiter de voir un médecin. Le cas échéant, ne tardez pas à en consulter un!

En conclusion, les MVL constituent en quelque sorte la chasse gardée des pharmaciens. Faites équipe avec votre pharmacien afin que vous puissiez retirer les bénéfices des MVL sans vous exposer à des risques inutiles. Cette collaboration cruciale repose sur une bonne communication et sur la volonté commune d’atteindre un objectif fort louable : le maintien de votre santé! 

×

Envoyer à un ami

L’emploi sécuritaire des médicaments en vente libre

La plupart des Canadiens doivent se tourner, à un moment ou à un autre, vers des médicaments en vente libre (MVL). Bien qu’ils soient facilement accessibles, il faut savoir que ces médicaments ne sont pas dénués de risques. Voici de l’information à ce sujet.
De :
À :

Chargement en cours...