La vaccination : mythes et réalités

Bien qu’elle fut l’un des progrès les plus importants en médecine, la vaccination fait encore l’objet de controverses. Il importe de distinguer le vrai du faux!

La vaccination : un sujet controversé

La vaccination a permis d’éliminer de nombreuses maladies qui ont fait des ravages au sein de la population. Qui de nos jours a connu des maladies comme la diphtérie ou la poliomyélite?

Malheureusement de fausses idées au sujet de la vaccination poussent certaines personnes à la refuser. Ces idées, souvent inutilement alarmistes, nuisent à la prise d’une décision éclairée et responsable en matière de vaccination et compromettent ainsi la santé de la collectivité. L’efficacité des programmes de vaccination repose sur la participation de toute la population.

Il est important de bien s’informer au sujet de la vaccination afin de reconnaître les mythes qui circulent à son sujet. Des informations justes nous permettent de faire les bons choix pour protéger notre santé et celle de nos enfants.

Voici quelques affirmations circulant à propos des vaccins.

« Les vaccins sont liés au développement de maladies chroniques. »

Les vaccins font partie des outils les plus sécuritaires dont dispose la médecine. Néanmoins, on les accuse souvent d’être responsables de maladies, notamment l’autisme, la sclérose en plaques, le syndrome de mort subite du nourrisson et l’asthme, par exemple. Pourtant, il n’en est rien.

L’idée fausse voulant qu’il y ait un lien entre la vaccination et l’augmentation de la fréquence des maladies continue de circuler au sein de la population malgré de nombreuses études qui prouvent le contraire. Plusieurs sites Internet antivaccination entretiennent cette idée, ce qui augmente l’inquiétude au sein de la population. Il faut donc être vigilant et s’assurer de bien analyser ces informations en les validant avec des sources fiables.

« Les vaccins ne sont pas efficaces. »

Les vaccins sont très efficaces. Grâce aux programmes de vaccination, plusieurs maladies sont maintenant très rares et d’autres, pratiquement disparues. Par exemple, la variole a été complètement éliminée et la rougeole est maintenant très rare.

Il arrive toutefois que les vaccins ne soient pas efficaces à 100 %. Le cas échéant, certaines personnes peuvent contracter la maladie contre laquelle elles ont été vaccinées. Reste qu’en n’étant pas vacciné contre une maladie donnée, on risque assurément davantage de la contracter.

La vaccination demeure le moyen le plus efficace pour prévenir une maladie. En étant vaccinés, nous réduisons le risque de transmettre la maladie à notre entourage, qui parfois peut être plus vulnérable que nous.

« Les vaccins ont de nombreux effets secondaires. »

Comme tout médicament, les vaccins peuvent causer des effets secondaires. Ces derniers sont souvent mineurs et passagers, les plus fréquents étant notamment la rougeur, la douleur ou l’enflure au point d’injection et la fièvre. Vous pouvez consulter votre pharmacien pour qu’il vous renseigne sur les moyens d’y remédier.

Les effets secondaires graves sont très rares. Les réactions allergiques en font partie. Elles peuvent survenir après l’administration d’un vaccin tout comme après l’ingestion de n’importe quelle substance étrangère. Les risques demeurent toutefois faibles.

 « Les vaccins affaiblissent le système immunitaire. »

En réalité, c’est plutôt le contraire. Le système immunitaire est en contact avec des millions de microbes, et la vaccination ne mobilise qu’une toute petite partie de ses ressources. On aurait donc tort de croire qu’elle peut l’épuiser ou le surcharger.

La vaccination prépare en quelque sorte notre système immunitaire à réagir à une maladie donnée. Elle le stimule afin qu’il fabrique des anticorps en prévision d’une exposition éventuelle au microbe causant la maladie. La vaccination renforce donc nos défenses immunitaires.

« Les vaccins contiennent plusieurs substances toxiques. »

Les vaccins ont plusieurs composantes, et certaines ont soulevé beaucoup d’attention. Prenons l’exemple du thimérosal. Ce produit parfois utilisé dans la préparation des vaccins est accusé à tort d’être responsable de l’autisme et de troubles du développement.

Il s’agit d’un agent de conservation où l’on trouve en quantité minime une forme de mercure qui ne s’accumule pas dans l’organisme. Les fabricants de vaccins s’efforcent tout de même d’en réduire l’utilisation. Les vaccins maintenant administrés au Canada présentent une teneur en thimérosal très faible ou nulle.

Par ailleurs, les vaccins sont beaucoup plus purifiés qu’avant. La qualité des procédés de fabrication a grandement évolué. Il existe donc un monde de différences entre les vaccins fabriqués de nos jours et leurs ancêtres. Tous les vaccins doivent répondre à des normes de fabrication très strictes établies par Santé Canada, et leur qualité ainsi que leur sécurité sont constamment l’objet d’une surveillance étroite.

Le rôle du pharmacien

Votre pharmacien peut répondre à vos questions au sujet de la vaccination et vous aider à prendre une décision éclairée. Il peut vous diriger également vers les ressources appropriées. Les premiers vaccins de nos tout-petits peuvent soulever des inquiétudes, mais ils sont très importants. La peur des effets secondaires peut faire reculer certains parents, mais les risques de maladie, surtout chez des enfants en bas âge, sont considérables. Votre pharmacien pourra vous aider à remédier aux effets secondaires éventuels de la vaccination.

Certaines pharmacies proposent un service de vaccination par une infirmière. Par exemple, il est possible de se faire vacciner contre la grippe, l’infection à pneumocoque, l’hépatite, l’infection par le VPH et le zona. Communiquez avec votre pharmacie pour savoir si on y offre ce service.

Si vous vous posez des questions à propos de la vaccination, sachez que c’est tout à fait normal et même souhaitable. Cela indique que vous prenez votre santé ou celle de vos proches très au sérieux! N’hésitez donc pas à soumettre toutes vos questions à votre pharmacien. Par exemple :

  • Quels sont les avantages de ce vaccin? Que prévient-il?
  • Quelles conséquences le refus de se faire vacciner peut-il avoir? Pour moi? Pour mon enfant? Pour l’entourage?
  • Quels sont les effets secondaires les plus fréquents?
  • Le vaccin présente-t-il des risques à court ou à long terme pour la personne qui le reçoit?

En plus de répondre à vos questions, le pharmacien vous remettra probablement de la documentation que vous pourrez lire attentivement à la maison. Le fait d’être bien informé vous rassurera, peu importe votre décision!

×

Envoyer à un ami

La vaccination : mythes et réalités

Bien qu’elle fut l’un des progrès les plus importants en médecine, la vaccination fait encore l’objet de controverses. Il importe de distinguer le vrai du faux!
De :
À :

Chargement en cours...