Comment intervenir en cas d’intoxication alimentaire

Les intoxications alimentaires font passer un mauvais quart d’heure à des milliers de Canadiens chaque année. Voyez ce que vous pouvez faire pour limiter les dégâts. 

L’intoxication alimentaire : à qui la faute?

Les gens croient parfois à tort qu’une intoxication alimentaire est due à un excès de gourmandise. En fait, il n’en est rien. Les intoxications alimentaires sont attribuables à l’ingestion d'aliments ou de boissons contaminés par des microorganismes (virus, bactéries, parasites, moisissures, algues) ou leurs toxines. Il est vrai cependant qu’après un repas très copieux, épicé ou arrosé, on peut éprouver des symptômes semblables à ceux de l’intoxication alimentaire.

Plusieurs voies de contamination sont possibles, par exemple :

  • aliments manipulés ou préparés par une personne infectée;
  • nettoyage inadéquat ou cuisson insuffisante des aliments;
  • contact des aliments avec un objet (surface de travail, ustensile, vaisselle, etc.) ayant été contaminé par d’autres aliments.

Les causes de l’intoxication alimentaire

Voici quelques exemples de causes communes d’intoxication alimentaire :

  • Norovirus.  Ce virus compte parmi les causes les plus fréquentes de gastro-entérite.

  • Salmonelle. La salmonelle, une bactérie qui se retrouve parfois dans les aliments crus ou insuffisamment cuits (volaille, viande, fruits de mer, œufs, légumes, fruits, etc.), figure parmi les causes les plus communes d'intoxication alimentaire au Canada. L’infection par cette bactérie se nomme la salmonellose.
  • E. Coli. Naturellement présente dans les intestins des humains et des animaux, la bactérie Escherichia Coli ne cause habituellement pas de problèmes. Toutefois, certaines souches (E. coli O157: H7) peuvent rendre les gens très malades.
  • Listeria. Cette bactérie cause une infection appelée listériose. Elle peut se retrouver dans le lait et certains fromages (surtout non pasteurisés), le poisson fumé et les viandes prêtes à manger (pâtés, charcuteries, saucisses à hot-dogs, etc.).

La diarrhée du voyageur constitue un bon exemple d’intoxication alimentaire souvent due à l’ingestion d’aliments ou de boissons contaminés par divers virus, bactéries ou parasites.

Les infections d’origine alimentaire contractées dans des pays exotiques peuvent se manifester pendant le voyage, au retour ou dans les semaines qui suivent. 

Les causes de l’intoxication alimentaire

Les symptômes de l’intoxication alimentaire

Voici les symptômes les plus fréquents de l’intoxication alimentaire:

  • nausées;
  • vomissements;
  • crampes ou maux de ventre;
  • diarrhée, parfois sanguinolente;
  • fièvre;
  • sensation de malaise général;
  • fatigue.

Ces symptômes peuvent s’accompagner plus rarement d’étourdissements, de vertiges, de vision brouillée ou d’autres manifestations en lien avec le système nerveux.

Ils peuvent survenir quelques heures, quelques jours ou même quelques semaines après l’ingestion de l’aliment contaminé.

Les symptômes de l’intoxication alimentaire

Comment prendre du mieux

En cas d’intoxication alimentaire, le temps arrange souvent les choses. Voici quelques mesures pouvant vous aider à recouvrer la santé plus rapidement.

  • Reposez-vous. Dormez suffisamment.
  • Assurez-vous de demeurer bien hydraté en buvant beaucoup de liquides, de l’eau idéalement.
  • Si vous souffrez de diarrhée ou de vomissements importants, envisagez d’utiliser une solution de réhydratation. De tels produits sont offerts en pharmacie sous forme de liquide, de poudre à reconstituer ou de sucettes glacées.
  • Informez-vous auprès d’un professionnel de la santé sur les aliments et boissons que vous devriez éviter ou, au contraire, privilégier.

D’habitude, la prise en charge médicale d’une intoxication alimentaire consiste à soulager les symptômes. Par exemple, on aura recours à :

  • de l’acétaminophène, en cas de fièvre ou de malaise général;
  • un agent antinauséeux, en cas de nausées ou de vomissements;
  • un antidiarrhéique, en cas de diarrhée;
  • un antispasmodique, en cas de crampes abdominales.

On ne doit jamais employer un médicament en vente libre sans l’approbation d’un professionnel de la santé, comme un médecin ou un pharmacien, car cela peut parfois compromettre le rétablissement.

Selon la cause de l’intoxication, des traitements médicaux peuvent être prescrits (médicaments, réhydratation par voie intraveineuse, etc.). C’est le cas lorsque l’intoxication est liée à une infection bactérienne; on prescrira alors un antibiotique. En outre, une intoxication due à un parasite requiert souvent un traitement médical. Dans les cas plus graves, une hospitalisation peut s’avérer nécessaire. 

Quand consulter

Bien que les intoxications alimentaires soient habituellement mineures et passagères,  mieux vaut consulter un médecin si :

  • la personne atteinte est un enfant ou une personne âgée;
  • vos symptômes sont sévères (ex. : crampes abdominales violentes) ou persistent plus de 36 à 48 heures;
  • vous n’arrivez pas à boire, ni manger;
  • vous présentez des signes ou symptômes de déshydratation;
  • vous remarquez la présence de sang dans vos vomissements ou vos selles;
  • vous avez une forte fièvre (supérieure à 38 °C ou 100,4 °F).

Pour plus d’information sur l’intoxication alimentaire, consultez votre pharmacien. 

×

Envoyer à un ami

Comment intervenir en cas d’intoxication alimentaire

Les intoxications alimentaires font passer un mauvais quart d’heure à des milliers de Canadiens chaque année. Voyez ce que vous pouvez faire pour limiter les dégâts.
De :
À :

Chargement en cours...