L’insuffisance cardiaque

Il est bien connu que, lorsque le moteur d’une voiture peine à tourner, ce sont  toutes les composantes du véhicule qui sont au ralenti. Il en va de même pour la personne atteinte d’insuffisance cardiaque.

Le cœur et l’insuffisance cardiaque

Le cœur est un muscle puissant. De battement en battement, il pompe le sang continuellement afin d’en assurer la circulation dans les vaisseaux qui irriguent l’ensemble des organes et des tissus de notre corps. La circulation du sang assure l’apport d’oxygène et de nutriments essentiel à la vie. À la suite de chaque contraction, le cœur reprend sa taille initiale pour se remplir de nouveau de sang.

L’insuffisance cardiaque est une maladie chronique qui se déclare lorsque le cœur est affaibli. On distingue deux types d’insuffisance cardiaque :

  • Insuffisance cardiaque systolique :

    Le cœur est faible. Il ne se contracte pas avec autant de force qu’un cœur sain. La quantité de sang expulsée du cœur après chaque battement est diminuée.
  • Insuffisance cardiaque diastolique :

    À la fin d’un battement, le cœur ne se détend pas normalement. Il ne se remplit donc pas suffisamment de sang avant le prochain battement.

Le diagnostic de l’insuffisance cardiaque

Grâce à une échographie (test faisant appel à des ultrasons), on peut visualiser l’activité cardiaque et déterminer la « fraction d’éjection », c’est-à-dire la quantité de sang éjectée du cœur à chaque battement. La fraction d’éjection s’exprime sous forme de pourcentage : chez les personnes atteintes d’insuffisance cardiaque systolique, elle est abaissée et généralement inférieure à 40 %; dans les cas d’insuffisance cardiaque diastolique, elle est normale.

En vue de confirmer le diagnostic, d’autres examens peuvent être demandés :

  • un électrocardiogramme (ECG) pour vérifier l’activité électrique du cœur;
  • une radiographie, afin de déterminer la présence de liquide au niveau des poumons;
  • une épreuve d’effort afin d’obtenir un ECG pendant une activité physique (sur tapis roulant);
  • une coronarographie afin de visualiser d’éventuels blocages au niveau des artères.

Les causes de l’insuffisance cardiaque

L’insuffisance cardiaque ne survient pas uniquement au sein de la population âgée; elle touche des personnes de tout âge. Ses causes les plus fréquentes sont :

  • les arythmies cardiaques;
  • les atteintes des valves du cœur;
  • l’infarctus du myocarde (crise de cœur);
  • l’hypertension (haute pression);
  • les cardiomyopathies (atteintes du muscle cardiaque).

Toutes ces causes d’insuffisance cardiaque ont un point en commun : elles entraînent un travail cardiaque accru ou une diminution de la quantité d’oxygène dans certaines zones du cœur. En les traitant, on prévient la progression de l’insuffisance cardiaque.

Les signes et les symptômes de l’insuffisance cardiaque

La plupart des symptômes d’insuffisance cardiaque se manifestent lorsque la maladie n’est pas traitée ou qu’elle est mal maîtrisée. Consultez votre professionnel de la santé si les symptômes suivants apparaissent ou s’aggravent malgré un traitement adéquat :

  • difficulté à respirer à l’effort ou lors d’activités physiques usuelles;
  • difficulté à respirer au repos;
  • difficulté à respirer en position couchée;
  • augmentation de la quantité d’oreillers requise pendant la nuit;
  • augmentation de la toux;
  • œdème (accumulation d’eau) aux pieds, aux chevilles, aux jambes, aux mains ou au niveau du ventre;
  • prise de poids;
  • sensation de fatigue ou de faiblesse;
  • étourdissements;
  • augmentation de la fréquence cardiaque, même au repos.

Le traitement médicamenteux de l’insuffisance cardiaque

Les insuffisants cardiaques doivent suivre un traitement médicamenteux. La prise de médicaments, tels que prescrits, leur procure plusieurs bienfaits :

  • diminution des symptômes d’insuffisance cardiaque;
  • diminution des hospitalisations;
  • diminution du risque de décès lié à l’insuffisance cardiaque.

Les principaux médicaments utilisés sont les suivants :

  • Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA)
    Ces agents diminuent la pression dans les vaisseaux sanguins, ce qui permet au cœur de pomper le sang avec plus de facilité.
  • Bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine (BRA)
    Si un patient est incapable de tolérer les IECA en raison de la toux qu’ils occasionnent parfois, son médecin pourra lui prescrire un BRA.
  • Bêtabloquants
    En ralentissant la fréquence cardiaque et en diminuant la pression sanguine, ces médicaments allègent le travail du cœur. On amorce le traitement à faible dose. On augmente ensuite lentement la dose administrée, car certaines personnes voient leur état se dégrader au début du traitement; les effets indésirables sont toutefois temporaires.
  • Diurétiques
    Ces médicaments forcent les reins à éliminer le surplus de sel et de liquide.
  • Antagonistes des récepteurs de l’aldostérone
    Ces médicaments favorisent l’élimination de liquide par voie rénale. Ils bloquent également l’action de l’aldostérone, une hormone qui peut avoir des effets négatifs sur le cœur.
  • Digoxine
    Ce médicament augmente la force de contraction du cœur. Des dosages sanguins sont généralement requis afin de vérifier si la dose prescrite est adéquate.

Ne sous-estimez pas l’aide que peut vous apporter votre pharmacien dans la prise en charge de l’insuffisance cardiaque. La plupart des personnes souffrant de cette maladie doivent prendre plus de trois médicaments par jour et ce, même si elles se sentent bien. En plus de vous renseigner sur les effets indésirables potentiels de votre traitement médicamenteux, votre pharmacien pourra vous donner des trucs pour prendre vos médicaments régulièrement. N’hésitez pas à discuter avec lui d’aides à la prise des médicaments telles que les dosettes et le pilulier DispillMC. Enfin, consultez toujours votre pharmacien avant d’utiliser des médicaments en vente libre, des produits de santé naturels ou des suppléments, car certains peuvent aggraver l’insuffisance cardiaque.

Les mesures non médicamenteuses

Dans la prise en charge de l’insuffisance cardiaque, la médication ne suffit pas. La personne atteinte doit changer certaines habitudes de vie. Elle doit également savoir reconnaître les signes de dégradation de sa maladie. Voici quelques trucs pour y arriver :

  • Votre médecin établira une limite maximale de liquide à consommer quotidiennement (boissons, soupe, bouillons). Respectez-la scrupuleusement! Portez une attention particulière à vos pieds, à vos jambes et à vos mains. Si vous sentez que vos pieds sont à l’étroit dans vos souliers ou que vos bagues se retirent plus difficilement, vous pourriez avoir accumulé du liquide. Consultez alors votre professionnel de la santé rapidement.
  • Pesez-vous quotidiennement au lever, après avoir uriné et avant de déjeuner. Inscrivez votre poids sur un calendrier afin de pouvoir détecter toute variation. Une prise de poids de plus de 1 kg (2 lb) par jour ou de plus de 2 kg (4 lb) par semaine doit être signalée à votre professionnel de la santé. Un ajustement posologique pourrait devoir être apporté à votre traitement diurétique.
  • Évitez de saler vos aliments. Le sel favorise l’accumulation de liquide. Favorisez les aliments préparés commercialement qui sont peu salés. Votre consommation quotidienne de sel (sodium) ne devrait pas dépasser 2000 mg. Lisez les étiquettes nutritionnelles des aliments que vous consommez pour connaître la teneur en sodium.
  • Perdez du poids si vous souffrez d’embonpoint. Un surplus de poids occasionne un travail accru pour votre cœur.
  • Arrêtez de fumer. Votre pharmacien peut vous accompagner dans cette démarche et vous proposer des traitements pharmacologiques adaptés à votre situation.
  • Limitez votre consommation d’alcool. Les femmes ne devraient pas prendre plus d’une consommation par jour. Les hommes doivent se limiter à deux consommations quotidiennement. Une consommation équivaut à  360 ml de bière ou à 150 ml de vin.
  • Faites de l’exercice. Plusieurs centres de traitement de l’insuffisance cardiaque offrent des programmes de remise en forme supervisés. Informez-vous auprès de votre professionnel de la santé.

La maîtrise de l’insuffisance cardiaque est possible si le patient et les professionnels de la santé travaillent en équipe. Dans tous les cas, la fidélité au traitement médicamenteux et aux mesures non médicamenteuses s’avère essentielle. En outre, il est primordial que le patient fasse preuve d’engagement, car lui seul peut détecter rapidement les changements dans son état de santé. Êtes-vous prêt à relever ce défi? Si oui, votre cœur vous dit merci!

×

Envoyer à un ami

L’insuffisance cardiaque

Il est bien connu que, lorsque le moteur d’une voiture peine à tourner, ce sont  toutes les composantes du véhicule qui sont au ralenti. Il en va de même pour la personne atteinte d’insuffisance cardiaque. Une multitude de symptômes se manifestent quotidiennement lorsqu’on doit vivre avec un cœur défaillant.
De :
À :

Chargement en cours...