Quand la douleur nuit à votre sommeil

La douleur peut perturber le sommeil. En revanche, le sommeil est essentiel à une maîtrise efficace de la douleur. Comment remédier à cette situation qui peut devenir un véritable cercle vicieux?

Douleur et insomnie, une cohabitation difficile

La majorité des personnes souffrant de douleur chronique se plaignent d’insomnie ou d’avoir un sommeil qui n’est pas réparateur. Or, une mauvaise qualité du sommeil affectera en retour le contrôle de la douleur. Une mauvaise nuit risque donc malheureusement d’être suivie d’une journée de recrudescence de la douleur. Ce cercle vicieux est souvent difficile à briser. Des études ont démontré que le manque de sommeil nuit au processus de guérison. Il affecterait aussi le système immunitaire en plus d’accroître la sensibilité à la douleur. Par conséquent, pour bien contrôler la douleur, il importe de bien dormir et pour bien dormir, il faut soulager la douleur de façon adéquate. Comment trouver le bon équilibre entre les deux?

Favoriser le sommeil et prévenir l’insomnie

L’insomnie peut avoir d’autres causes que la douleur proprement dite. Elle peut être attribuable à différents problèmes de santé, comme l’anxiété, la dépression et certains problèmes de thyroïde. Des médicaments peuvent également nuire au sommeil. Si un problème de sommeil survient après avoir commencé la prise d’un médicament, vous devriez en parler avec votre pharmacien sans tarder. Si vous faites de l’insomnie depuis peu et que cela devient de plus en plus fréquent, il ne faut pas hésiter à en parler avec un professionnel de la santé.

Que faire en attendant de voir le médecin

Lorsque vous consulterez votre médecin, il aura besoin d’un maximum d’information sur vos épisodes d’insomnie. Pour l’aider à bien cerner le problème, vous pourriez donc tenir un journal de sommeil tous les matins, pendant environ 15 jours.

Voici les informations à noter dans ce journal :

  • Temps nécessaire pour vous endormir ;
  • Durée du sommeil ;
  • Nombre d’éveils pendant la nuit ;
  • Niveau d’énergie pendant la journée ;
  • Utilisation ou non de somnifères (prescrits et non prescrits, incluant les produits naturels) ;
  • Heure du lever et du coucher ;
  • Évaluation de la qualité de votre sommeil en lui accordant une note de 1 à 10 (10 étant excellent).

Quelques conseils pour favoriser le sommeil

  • Se coucher et se lever à la même heure chaque jour.
  • Éviter les siestes dans la journée.
  • Limiter la consommation de produits contenant de la caféine (thé, café, boissons énergisantes, certaines boissons gazeuses) durant la journée, et cesser d’en consommer au moins quatre heures avant d’aller se coucher.
  • Éviter de boire de l’alcool tard le soir, car cela peut causer des éveils pendant la nuit.
  • Éviter de fumer la nuit et dans l’heure précédant le coucher.
  • Réserver la chambre à coucher pour dormir et pour les relations sexuelles.
  • Ne pas rester au lit si le sommeil ne vient pas (il est préférable de se lever).
  • Éviter les écrans (tablettes, téléphones intelligents, jeux vidéo) avant le coucher.
  • Établir une routine relaxante avant d’aller au lit.
  • S’assurer que la chambre à coucher est confortable (température, éclairage, bruit).

L’activité physique et le sommeil

Il a été démontré que la pratique d’une activité physique apporte des bienfaits sur la qualité du sommeil. Par contre, il est conseillé d’éviter de pratiquer une activité physique intense moins de trois heures avant de se mettre au lit.

Pour mieux soulager la douleur

Comme le soulagement de la douleur et la qualité du sommeil peuvent être intimement liés, il convient également de prendre des notes sur le niveau de douleur et son soulagement. Le journal de la douleur aidera votre professionnel de la santé à trouver les bonnes solutions.

Voici les informations à noter dans un journal de douleur :

  • Notez le niveau de douleur à différents moments de la journée (de 1 à 10, 10 étant la pire douleur jamais vue).
  • Notez les activités précédant l’apparition de la douleur.
  • Notez les médicaments utilisés pour soulager la douleur ainsi que les doses et l’heure de prise.
  • Vous pouvez aussi évaluer le soulagement ressenti après avoir pris la médication (avec une note de 1 à 10).
  • Si vous avez des effets secondaires lors de la prise de la médication, notez-les afin de ne pas oublier d’en parler avec le médecin.

N’oubliez pas

La douleur peut être traitée par différents mécanismes selon son origine ou sa cause. Si votre douleur n’est pas bien soulagée, il ne faut pas hésiter à en parler avec votre pharmacien ou votre médecin. Si un traitement médicamenteux vous est prescrit, prenez-le tel que prescrit. En cas d’effets secondaires, discutez-en avec votre médecin ou votre pharmacien. Les effets secondaires sont souvent gérables.

La douleur et l’insomnie peuvent être de signaux d’alarme. Il est important de signaler l’insomnie ou une douleur qui n’est pas soulagée à votre médecin ou à votre pharmacien.

×

Envoyer à un ami

Quand la douleur nuit à votre sommeil

La douleur peut perturber le sommeil. En revanche, le sommeil est essentiel à une maîtrise efficace de la douleur. Comment remédier à cette situation qui peut devenir un véritable cercle vicieux?
De :
À :

Chargement en cours...