Démystifier la dépression post-partum

La dépression postnatale, aussi appelée dépression post-partum, touche plus d’une femme sur dix après l’accouchement. Lumière sur ce trouble plutôt méconnu.

Qu’est-ce que la dépression post-partum?

Pour bien des femmes qui donnent naissance à un enfant, c’est un beau rêve qui se réalise. Toutefois, dans certains cas, la joie d’accueillir un nouveau poupon peut être assombrie par la survenue d’un trouble de santé mentale appelé la dépression postnatale (ou post-partum).

L’accouchement puis la période qui s’ensuit (post-partum) peuvent s’avérer éprouvants pour mille et une raisons : stress (parfois intense), insécurité, adaptations multiples, manque de sommeil, etc. Il est donc normal de se sentir fatiguée, vulnérable, inquiète, parfois anxieuse ou débordée, particulièrement dans les deux premières semaines. Cependant, si cela perdure au-delà de quelques semaines, cela peut suggérer la présence d’une dépression postnatale. 

 

Qu’est-ce que le baby-blues?

Le baby-blues est un état passager très commun dans les jours suivant la naissance du bébé (souvent la deuxième ou troisième journée). Il affecte jusqu’à 80 % des femmes et se caractérise par des symptômes inhabituels tels qu’une humeur maussade ou changeante, des crises de larmes, des difficultés de concentration ou de sommeil, etc.

Cette légère déprime est due à une baisse marquée des hormones à la suite de l’accouchement. Sans gravité, le baby-blues semble parfois très étonnant car la mère ne se reconnaît pas momentanément; les membres de son entourage peuvent aussi avoir l’impression de ne pas la reconnaître. Une fois la vague passée, la femme retrouve son état habituel mais doit quand même s’adapter aux inévitables changements qui marquent l’arrivée d’un nouveau poupon.  

Comment savoir s’il s’agit d’une dépression postnatale, d’un simple baby blues ou encore de manifestations normales dues au stress et à la fatigue? Seul un médecin ou un professionnel de la santé habilité peut poser le diagnostic en se basant sur divers facteurs comme la sévérité et la durée des signes et symptômes. Si vous croyez souffrir d’une dépression post-partum, consultez sans délai.

 

Quels sont les signes et symptômes de la dépression post-partum?

Les signes et symptômes de la dépression postnatale commencent généralement à se manifester dans les quatre à huit semaines suivant l’accouchement. Cependant, ils peuvent survenir n’importe quand durant la première année de vie du bébé.

En voici quelques exemples :

  • irritabilité ou fluctuations de l’humeur;
  • sentiments de fatigue, de lassitude, de tristesse, de culpabilité, d’abattement, de vide, de désespoir ou de colère;
  • anxiété importante;
  • envies de pleurer ou pleurs incontrôlables;
  • difficulté à effectuer les activités ou les tâches quotidiennes, y compris les soins du bébé;
  • sentiment de dévalorisation, d’incapacité/incompétence ou d’échec;
  • désintérêt envers le bébé ou difficulté/incapacité à s’en occuper;
  • insomnie ou besoin accru de sommeil;
  • modifications de l’appétit ou de poids.

 

Comment traiter la dépression post-partum?

À l’instar des autres types de dépression, la dépression postnatale nécessite une prise en charge médicale, idéalement précoce. Le traitement repose principalement sur deux mesures importantes : la prise de médication (ex. : antidépresseurs et anxiolytiques) et un accompagnement psychologique. Ces mesures sont essentielles pour que la personne recouvre rapidement la santé.

Certaines femmes hésitent ou se montrent réfractaires à consulter ou à entreprendre un traitement. Attention: la dépression post-partum peut représenter une menace au bien-être et à la santé de la mère et du nourrisson. Il faut la prendre au sérieux car, sans traitement, elle peut avoir d’importantes répercussions.

Certains médicaments ne sont pas compatibles avec l’allaitement, mais plusieurs le sont. Si vous allaitez, demandez à votre pharmacien si le médicament qui vous est prescrit est sécuritaire pour vous et votre bébé. Aussi, ne prenez jamais un médicament en vente libre ou un produit de santé naturel sans d’abord avoir demandé conseil à votre pharmacien.

 

Quoi d’autre peut aider?

Voici quelques conseils destinés aux femmes touchées par la dépression post-partum.

  • Reposez-vous le plus possible et essayez de manger sainement.
  • Prenez soin de vous en faisant des activités qui vous font du bien (bain chaud, film, musique douce, méditation, etc.).
  • Sollicitez l’aide de votre conjoint et de votre entourage. Vous avez besoin d’écoute, d’empathie et de soutien. Tournez-vous vers des personnes dignes de confiance.
  • N’hésitez pas à partager vos sentiments et vos préoccupations. Ne restez pas dans l’ombre.
  • Faites des activités agréables avec votre bébé (bercement, promenade, visite chez des amis, etc.);
  • Informez-vous sur les ressources offertes dans votre région (ex. : services du CLSC, groupe de soutien ou organisme bénévole).
  • Rappelez-vous que la dépression postnatale est une maladie. Vous n’avez pas à être parfaite, ni à vous blâmer ou vous sentir coupable. Soyez indulgente envers vous-même.

 

Quand consulter?

Consultez un médecin rapidement si vous :

  • vivez une détresse importante;
  • n’arrivez pas à prodiguer l’attention et les soins dont votre bébé a besoin;
  • avez des pensées anormales, inquiétantes (noires) ou obsédantes;
  • voulez vous en prendre à vous-même ou à votre bébé.

Lorsque vous vivez des difficultés, rappelez-vous que votre pharmacien est disponible pour vous écouter, vous aider et vous conseiller. N’hésitez pas à le consulter!

×

Envoyer à un ami

Démystifier la dépression post-partum

La dépression postnatale, aussi appelée dépression post-partum, touche plus d’une femme sur dix après l’accouchement. Lumière sur ce trouble plutôt méconnu.
De :
À :

Chargement en cours...