Comment prendre des anticoagulants en toute sécurité?

Si vous avez à prendre un anticoagulant, peut-être avez-vous certaines craintes en lien avec son usage. Les médicaments appartenant à cette classe sont pourtant sécuritaires et bénéfiques, moyennant bien sûr quelques précautions importantes à suivre. 

Les anticoagulants

Lorsque le corps subit une blessure, certains mécanismes permettent de limiter les dégâts. Ainsi, on appelle processus de coagulation le mécanisme qui permet au sang de former un bouchon (aussi appelé caillot) au site de la blessure, arrêtant ainsi le saignement.

Bien que ce mécanisme soit bénéfique en cas de blessure, il peut malheureusement causer des inconvénients. En effet, des caillots de sang peuvent aussi se former dans des contextes autres qu’une blessure et entraîner des complications importantes, dont voici quelques exemples :

  • accident vasculaire cérébral (AVC);
  • infarctus du myocarde (crise cardiaque);
  • embolie pulmonaire (caillot dans les vaisseaux sanguins des poumons);
  • thrombose veineuse profonde.

Divers facteurs de risque, comme des problèmes d’arythmie cardiaque (fibrillation auriculaire), la présence d’une valve cardiaque ou certaines interventions chirurgicales, peuvent vous prédisposer à ces complications et nécessiter la prise d’un anticoagulant. Ce type de médicament aide à empêcher la formation de caillots en bloquant l’action de certains facteurs de coagulation.  

Les types d’anticoagulants

Il existe deux principaux types d’anticoagulants, soit les anticoagulants injectables et les anticoagulants oraux (pris par la bouche). Les anticoagulants injectables comprennent l’héparine non fractionnée et les héparines de faible poids moléculaire. Ces produits sont souvent réservés à des situations spécifiques, notamment en grossesse ou en période périopératoire (juste avant ou après une intervention chirurgicale).

En général, on utilise surtout les anticoagulants oraux. Le mieux connu est la warfarine, commercialisée sous le nom de Coumadin®. Parmi les autres anticoagulants oraux, on retrouve l’apixaban (Eliquis®), le dabigatran (Pradaxa®) et le rivaroxaban (Xarelto®). Le choix d’un anticoagulant dépend de plusieurs facteurs, dont :

  • la raison médicale justifiant son emploi;
  • votre âge;
  • l’état de santé de vos reins;
  • les autres médicaments que vous prenez.

Le risque de saignements

Étant donné que les anticoagulants agissent en entravant le processus de coagulation, leur principal effet secondaire est d’augmenter le risque de saignement. Bien que les saignements soient généralement légers, transitoires et sans gravité, il est important de mentionner que vous prenez un anticoagulant à tout professionnel de la santé que vous rencontrez (votre dentiste, par exemple). Le port d’un bracelet médical est aussi recommandé.

L’emploi d’anticoagulants peut, dans certains cas, être à l’origine de complications hémorragiques graves. Ce risque est cependant minimisé lorsque la posologie et les recommandations médicales sont respectées. Les saignements graves s’expliquent souvent par des erreurs de dosage, un mésusage du médicament, des interactions avec d’autres médicaments, ou encore des enjeux de santé propres à la personne qui en est victime.

Les saignements peuvent survenir à plusieurs endroits du corps et se manifester de différentes façons, notamment par les signes ou symptômes suivants :

  • présence de sang dans l’urine (urine rosée ou rougeâtre);
  • selles noires ou contenant du sang;
  • vomissements bruns (apparence de grains de café) ou contenant du sang;
  • ecchymoses inhabituelles (ex : qui apparaissent sans raison);
  • crachats rouges lors de la toux;
  • saignements de nez qui persistent;
  • douleur intense à la tête ou à l’abdomen;
  • coupure qui ne cesse de saigner.

En cas de saignement inhabituel, il  convient de consulter un professionnel de la santé. Sachez qu’une blessure à la tête (à la suite d’un coup ou d’une chute) devrait toujours être évaluée par un médecin dès que possible. Si vous avez des doutes, votre pharmacien peut vous aider à déterminer si une consultation médicale d’urgence est nécessaire ou si vous pouvez attendre quelques jours avant de voir votre médecin. N’hésitez pas à le consulter à cet effet.

Les particularités de la warfarine

Le rivaroxaban, le dabigatran et l’apixaban ont pour caractéristique commune de produire un effet anticoagulant prévisible à une dose donnée. Cela signifie qu’il n’est pas nécessaire de procéder à des tests ou des prises de sang pour mesurer l’effet anticoagulant du médicament.

Par contre, il en va autrement pour la warfarine. En effet, une prise de sang est nécessaire pour s’assurer de l’effet anticoagulant, car la dose efficace de warfarine varie d’une personne à l’autre. À partir du sang prélevé, le rapport international normalisé (RNI, communément appelé INR) peut être mesuré afin de déterminer si la dose de warfarine est trop forte (risque de saignement) ou trop faible (risque de caillot). Ainsi, si vous prenez de la warfarine, il est crucial que vous vous présentiez assidûment aux rendez-vous prévus pour les prises de sang prescrites.

Attention! Cela ne veut pas dire que votre suivi médical est moins important si vous prenez un anticoagulant autre que la warfarine : votre médecin doit quand même évaluer périodiquement votre état de santé afin de s’assurer que votre médicament vous convient toujours.

Les anticoagulants et les interactions

Plusieurs médicaments prescrits ou en vente libre peuvent interagir avec votre anticoagulant. Votre pharmacien s’occupe de déterminer les interactions possibles avec des produits prescrits et de les gérer. Par contre, il est de votre responsabilité de vous informer auprès de votre pharmacien ou de votre médecin avant de prendre des produits en vente libre, car plusieurs d’entre eux peuvent interagir avec les anticoagulants :

  • l’acétaminophène peut augmenter l’effet anticoagulant de la warfarine, tout dépendamment de la dose;
  • les anti-inflammatoires (comme l’ibuprofène) peuvent augmenter le risque de saignement s’ils sont pris en même temps qu’un anticoagulant;
  • plusieurs produits naturels peuvent aussi nuire au processus de coagulation et augmenter le risque de saignement lorsque pris avec un anticoagulant.

Concernant la warfarine, il faut savoir que la vitamine K contenue dans les aliments affecte le fonctionnement du médicament. En effet, une augmentation de l’apport en vitamine K peut diminuer l’efficacité de la warfarine. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas manger d’aliments contenant de la vitamine K, mais plutôt qu’il faut maintenir un apport constant afin de ne pas faire varier le RNI. La vitamine K se trouve surtout dans les légumes verts et feuillus comme le kale (ou chou frisé), le brocoli, les épinards, les choux de Bruxelles, etc.

Quelques conseils

Voici quelques conseils additionnels concernant l’usage sécuritaire d’un anticoagulant :

  • Évitez les activités vous mettant à risque de chocs ou de coups, comme les sports de contact.
  • Faites particulièrement attention lorsque vous manipulez des objets tranchants (ciseaux, couteaux, lames, etc.).
  • Privilégiez l’usage d’un rasoir électrique plutôt qu’un rasoir à lames.
  • Portez des gants protecteurs lors d’activités extérieures comme le jardinage.
  • Utilisez une brosse à dents à poils souples pour éviter les saignements au niveau des gencives.
  • Si vous vous coupez, appliquez une pression au site de la blessure jusqu’à ce que le saignement cesse.
  • Si vous prenez de la warfarine, assurez-vous de vous rendre assidûment aux rendez-vous prévus pour le suivi du RNI. Demandez à votre professionnel de la santé de vous informer de l’intervalle de RNI visé, et prenez note des résultats obtenus (avec la date du test) de manière à bien suivre l’évolution de votre traitement.
  • Consommez l’alcool avec modération. Si vous prenez de la warfarine, l’alcool peut augmenter le risque de saignement. Si vous prenez de la warfarine et que votre résultat de RNI est élevé, le professionnel de la santé qui vous suit vous questionnera peut-être sur votre consommation récente d’alcool.
  • Suivez toujours la posologie prescrite par votre professionnel de la santé. N’en prenez jamais plus, ni moins. Si la posologie n’est pas claire, demandez à votre pharmacien de vous la préciser.

Votre pharmacien comme mesure de sécurité

Le fait de prendre des anticoagulants  peut parfois être la source de questionnements, et même d’inquiétude. N’est-il pas sécurisant de savoir que vous pouvez en tout temps compter sur l’expertise de votre pharmacien? Son rôle consiste à vous informer, répondre à vos questions, évaluer votre thérapie (y compris la posologie, le risque d’effets secondaires et d’interactions), identifier des problèmes potentiels ou réels, assurer le suivi nécessaire et communiquer avec les autres professionnels de la santé si requis. Il est votre partenaire dans l’atteinte de vos objectifs thérapeutiques et de meilleure santé.

Il est certain que la prise d’un anticoagulant nécessite l’adoption de certaines précautions afin d’en assurer l’usage sécuritaire. Plutôt que de vous faire du mauvais sang, demandez conseil à votre pharmacien aussi souvent que vous en ressentez le besoin! Il pourra vous aider à mettre en place les mesures nécessaires pour retirer tous les bénéfices de votre traitement.

×

Envoyer à un ami

Comment prendre des anticoagulants en toute sécurité?

Si vous avez à prendre un anticoagulant, peut-être avez-vous certaines craintes en lien avec son usage. Les médicaments appartenant à cette classe sont pourtant sécuritaires et bénéfiques, moyennant bien sûr quelques précautions importantes à suivre. 
De :
À :

Chargement en cours...