Cholestérol : ami ou ennemi?

On entend souvent parler de « bon » et de « mauvais » cholestérol. De quoi s’agit-il exactement?

Cholestérol : pourquoi est-ce si important?

Le cholestérol est un élément essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. Il circule dans le sang grâce à des transporteurs appelés HDL (lipoprotéines de haute densité) et LDL (lipoprotéines de faible densité). C’est pourquoi on parle de cholestérol HDL, qui est souvent qualifié de « bon cholestérol », et de cholestérol LDL, que l’on surnomme « mauvais cholestérol ». Environ 15 % du cholestérol sanguin provient du régime alimentaire; le reste, soit 85 %, est produit par certaines cellules du corps.

Même si on lui attribue de multiples torts, le cholestérol possède de nombreuses vertus. En effet, il participe à plusieurs processus biochimiques, par exemple :

  • Il figure dans la composition des membranes cellulaires.
  • Il agit comme précurseur de la fabrication de plusieurs hormones, dont le cortisol et les hormones sexuelles, et d’autres substances essentielles pour le corps.
  • Il sert de messager chimique, permettant la communication entre différentes cellules.
  • Il joue un rôle dans la conservation de l’énergie (stockage et fourniture).

Cholestérol : quel est le problème?

Si le cholestérol est si essentiel, pourquoi autant s’en préoccuper? Tandis qu’un taux élevé de bon cholestérol est associé à des effets protecteurs, le mauvais cholestérol, quant à lui, est considéré comme l’ennemi numéro un de la santé cardiovasculaire.

Un excès de mauvais cholestérol (en langage médical, une hypercholestérolémie ou hyperlipidémie) entraîne en effet des problèmes de santé. Il s’accumule et se dépose sur les parois des vaisseaux sanguins (notamment ceux du cœur), formant des plaques graisseuses qui s’épaississent au fil des ans. Ce processus s’appelle l’athérosclérose.

Le passage du sang devient de plus en plus difficile, et un caillot peut éventuellement se former. La personne risque davantage d’être victime d’un infarctus du myocarde (crise cardiaque), d’un accident vasculaire cérébral (AVC) ou de troubles de la circulation sanguine. Voilà pourquoi les adultes ont avantage à se soucier de leurs taux sanguins de cholestérol. Heureusement, il est possible de maîtriser ces taux pour éviter l’hypercholestérolémie. 

Votre médecin peut déterminer votre niveau de risque cardiovasculaire et vous proposer des moyens de prévention appropriés. Pour plus de renseignements à ce sujet, lisez le texte Prenez-vous votre santé cardiaque à cœur?

Comment savoir si mes taux de cholestérol sont élevés?

Le diagnostic de l’hypercholestérolémie repose sur le dosage sanguin (prise de sang réalisée à jeun) des taux de :

  • cholestérol total;
  • cholestérol LDL;
  • cholestérol HDL;
  • cholestérol non-HDL;
  • triglycérides.

L’ensemble de ces taux s’appelle « bilan lipidique ».

Les facteurs suivants, par exemple, prédisposent une personne à l’hypercholestérolémie :

  • une diète riche en sucres et en matières grasses;
  • la sédentarité;
  • l’obésité;
  • le tabagisme;
  • la surconsommation d’alcool;
  • des antécédents familiaux d’hypercholestérolémie;
  • le diabète.

Comment puis-je réduire mon apport alimentaire de cholestérol?

Voici quelques moyens simples de réduire votre apport alimentaire de cholestérol.

  • Consommez davantage de fruits, légumes, produits céréaliers à grains entiers (avoine, orge, blé entier, etc.) et légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots secs, etc.).
  • Diminuez votre consommation de viande. Une portion de viande de la taille d’un paquet de cartes à jouer est considérée suffisante. Choisissez les viandes maigres, comme la volaille et les poissons.
  • Évitez de faire frire les aliments. Optez pour d’autres modes de cuisson (au four, au micro-ondes, à la vapeur, dans du bouillon, etc.).
  • Limitez votre consommation d’aliments riches en cholestérol, comme les jaunes d’œufs, les abats (foie, rognons, etc.) et le beurre.
  • Optez pour des produits laitiers à moindre teneur en gras, comme le lait écrémé et les yogourts contenant moins de 1 % de matières grasses.
  • Bénéficiez des conseils d’un nutritionniste.

Pour plus de renseignements à ce sujet, lisez ceci.

Que puis-je faire d’autre pour réduire mes taux de cholestérol?

  • Maintenez un poids santé.
  • Augmentez votre activité physique.
  • Limitez votre consommation d’alcool.
  • Cessez de fumer.
  • Si vous vivez avec le diabète, maîtrisez bien votre glycémie.

Et les médicaments, dans tout ça?

Pour réduire les taux de cholestérol, on doit avant tout miser sur les modifications des habitudes de vie décrites précédemment. Toutefois, le recours à la médication s’avère souvent nécessaire. Plusieurs médicaments peuvent réduire efficacement les taux de cholestérol sanguin. Certains d’entre eux ont démontré, lors d’études scientifiques, un effet préventif sur la fréquence de maladies cardiovasculaires chez les personnes à risque.

Si on vous a prescrit un médicament pour abaisser votre cholestérol, prenez-le régulièrement. Votre pharmacien peut vous renseigner sur ses effets et les moyens d’en retirer tous les bénéfices. Si vous ressentez des effets secondaires ou des inquiétudes, parlez-en à votre pharmacien. Ses précieux conseils sauront vous aider et vous rassurer.

Si vous avez des questions concernant le cholestérol ou la santé cardiovasculaire, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien.

×

Envoyer à un ami

Cholestérol : ami ou ennemi?

On entend souvent parler de « bon » et de « mauvais » cholestérol. De quoi s’agit-il exactement?
De :
À :

Chargement en cours...