4 astuces pour réussir nos photos à l’intérieur

La photographie d’intérieur peut s’avérer un véritable casse-tête. Voici quatre conseils pour apprendre à gérer la lumière et réaliser de beaux clichés sans matériel professionnel.

On choisit et on règle notre équipement adéquatement

On opte pour des objectifs présentant une focale courte ou moyenne — entre 24 et 50 mm — et, surtout, ayant une grande ouverture — idéalement située entre f/1.4 et f/2.8.

Ouvrir notre objectif au maximum permet de capturer plus de lumière en moins de temps. On obtient alors un arrière-plan flouté. Si les conditions de lumière le permettent et qu’on souhaite avoir plus de profondeur de champ, on n’hésite pas à diminuer l’ouverture d’un ou deux diaphragmes, en passant par exemple de f/2.8 à f/3.5.

Si la lumière est faible, une augmentation de l’ISO s’impose. On évite cependant d’utiliser les sensibilités maximales de notre appareil, surtout s’il s’agit d’un compact. On risquerait alors de retrouver de gros grains colorés sur nos photos, en raison de la gestion approximative des couleurs. On privilégie plutôt un réglage de 400 ou 800 ISO, ce qui suffit dans la plupart des cas. On n’augmente ce réglage que si la plus grande ouverture de notre appareil ne suffit pas à bien exposer la photo.

On choisit et on règle notre équipement adéquatement

Artificielle ou naturelle, on utilise la lumière comme alliée

On repère les heures du jour où notre fenêtre profite de la plus belle lumière, puis on pose notre modèle à côté. On évite de se placer face à la fenêtre, sans quoi le contre-jour plongera notre sujet dans l’obscurité. Si c’est l’effet qu’on recherche, on pense à déclencher notre flash pour mieux distinguer le sujet au milieu des ombres.

Pour des photos de nuit, on repère les lumières les plus fortes et on demande à nos modèles de poser près de ces sources lumineuses. On n’oublie pas de régler notre balance des blancs : « tungstène » s’il s’agit de lumières jaunes, « néon » pour des lumières blanches, et « flash » si on opte pour le flash.

Artificielle ou naturelle, on utilise la lumière comme alliée

On maîtrise l’art du flash

Sa portée et sa puissance limitées n’en font pas le meilleur ami de l’obscurité: yeux rouges, visages surexposés et arrière-plans sous-exposés risquent d’être de la partie s’il est utilisé en soirée, par exemple. Par contre, le flash intégré sera très utile pour apporter une lumière supplémentaire en plein jour et pour détacher le sujet de son arrière-plan. Déclenchez-le aussi pour vos photos à contre-jour, sans quoi votre sujet se perdra dans l’ombre. Si le soleil est violent, concentrez la mesure de la lumière sur le sujet (en activant la mesure «spot») plutôt que sur l’ensemble de la scène.

On maîtrise l’art du flash

Pour une composition réussie, on cherche le meilleur angle

Dans une pièce, on se déplace afin de trouver le meilleur angle. On est attentif aux détails et à la décoration. Par exemple, la ligne formée par des chaises placées les unes à côté des autres est-elle intéressante? La courbe ou la transparence des verres, les couleurs des bibelots, le drapé d’un rideau... tout peut fournir une base solide pour des compositions réussies.

Astuce : On n’hésite pas à nous approcher de notre sujet plutôt que de zoomer, surtout s’il s’agit d’un zoom numérique. On obtiendra ainsi un résultat plus net et on pourra facilement changer d’angle et de cadrage.

×

Envoyer à un ami

4 astuces pour réussir nos photos à l’intérieur

La photographie d’intérieur peut s’avérer un véritable casse-tête. Voici quatre conseils pour apprendre à gérer la lumière et réaliser de beaux clichés sans matériel professionnel.
De :
À :

Chargement en cours...